IRD - Suds en ligne : les dossiers thématiques de l'IRD

La désertification dans tous ses états

La désertification, un problème de développement

Les ressources naturelles  |  Les activités humaines  |  Le fonctionnement des systèmes sociaux  |  Un exemple : la Jeffara tunisienne

Les activités humaines

Les activités humaines liées au développement ont des répercussions importantes sur l’environnement et les écosystèmes. Durant la période 1960-1990, un tiers de l’accroissement de la production agricole a été assuré par l’augmentation des surfaces cultivées. Cette augmentation a conduit à mettre en culture des terres marginales fragiles et peu productives, au détriment des écosystèmes naturels, favorisant la dégradation des terres, faute de méthodes de gestion adaptées.
On estime globalement que 1 960 millions d’hectares, soit 17 % de la surface cultivable, ont été dégradées par l’action de l’homme depuis 1945. L’accroissement continu et rapide de la population et l’urbanisation entraînent une demande alimentaire croissante et diversifiée appelant à une augmentation considérable de la production et à une amélioration de l’efficience des filières alimentaires. Fréquemment, la satisfaction de besoins pressants à court termes, associée avec des crises climatiques, démographiques et économiques imprévues, débouchent sur des pratiques néfastes et conduisent aux processus de désertification. On assiste en de nombreux endroits à une saturation de l’espace agricole disponible, entraînant notamment la réduction des temps de jachère et la rupture des équilibres existants.

 

 

 

vannage du sorgho après battage au Sénégal