IRD - Suds en ligne : les dossiers thématiques de l'IRD

De la plante au médicament

L'exploration de la biodiversité passe par la valorisation des médecines traditionnelles et par des techniques de triage automatisé sélectionnant de nouvelles substances naturelles pour des applications médicales.

Retour à l'accueil

L'impact du barrage de Garafiri en Guinée

Un réseau de 12 stations  |  Un net recul du front salé  |  Une importante activité de pêche


Un net recul du front salé

Dans l'estuaire du Konkouré les caractéristiques physiques et physico-chimiques du milieu des principales situations (crue, étiage, mortes-eaux et vives-eaux) sont maintenant bien connues. Les effets du barrage sont imperceptibles en période de crue. Par contre, à l'étiage, l'augmentation des débits du Konkouré due à l'exploitation de la retenue de Garafiri et l'accroissement des vitesses provoquent une diminution de la salinité et un recul significatif du front salé. Les profils bathymétriques réalisés chaque année aux stations de référence ne montrent pas (ou peu) d'évolution géomorphologique depuis la mise en service du barrage.
Les eaux du bassin sont peu minéralisées; leur composition globale souligne la prédominance des bicarbonates et de la silice dissoute. Les concentrations en nutriments sont en général très faibles (< 0.01 mg/l).
Au niveau de la retenue, une stratification verticale significative se met en place, caractérisée par une couche de surface chaude et oxygénée et une couche profonde plus fraîche, anoxique et de conductivité plus élevée. Cette structure verticale, plus ou moins marquée suivant les saisons, semble être fortement destabilisée en saison froide (janvier, février) avec une température plus homogène sur la hauteur du lac.

Mesure de l'évaporation