IRD - Suds en ligne : les dossiers thématiques de l'IRD

De la plante au médicament

L'exploration de la biodiversité passe par la valorisation des médecines traditionnelles et par des techniques de triage automatisé sélectionnant de nouvelles substances naturelles pour des applications médicales.

Retour à l'accueil

Les petits barrages en zone tropicale et rurale

Les lacs collinaires en Tunisie  |  Un véritable réseau pilote de surveillance  |  Comment implanter et gérer un lac collinaire ?  |  Comment optimiser les aménagements en amont et en aval des lacs ?  |  Quel est l'impact des lacs sur l'environnement et la ressource en eau ?

Comment implanter et gérer un lac collinaire ?

Lorsque le lac collinaire est uniquement un élément supplémentaire de protection des infrastructures situées en aval (ville, barrage, périmètre agricole, route...), visant à réduire les crues et à retenir les sédiments, il complète, alors, le dispositif anti-érosif constitué de cordons pierreux, haies vives, ados de terre... Sa gestion est uniquement basée sur la prévision des événements pluviométriques importants.
Aujourd'hui l'accès à l'eau de ces lacs apparaît comme la seule motivation possible pour engager la participation des habitants dans la réalisation et l'entretien des ouvrages de conservation des eaux et des sols en amont des plaines. La valorisation de la ressource hydrique et la participation des agriculteurs est une volonté exprimée par tous les responsables des services centraux et régionaux. Elle est d'autant plus justifiée que les zones amonts, où se trouvent les lacs, sont des régions pauvres, et que leurs populations ne participeront à la protection des zones aval plus riches que si elles en tirent profit.
La gestion pratique des lacs collinaires est encore mal définie. Le partage des responsabilités de cette gestion entre Etat, particuliers et collectivités n'est pas déterminé.
De nombreux problèmes techniques restent encore posés, comme, par exemple, la pratique d'une évacuation de sédiments par la vanne de chasse au moment des crues. D'abord préconisée, cette pratique est aujourd'hui critiquée. L'évacuation de sédiments ne s'étendrait pas très loin autour de la tour de prise et aurait un caractère nocif pour les zones aval qui se trouvent tapissées d'éléments fins diminuant la perméabilité des sols.
L'utilisation du supplément de ressource en eau par les usagers pose des questions à la fois d'ordre technique et d'ordre social :

Bassin versant du lac d'Arara
Lac de Dekikira