IRD - Suds en ligne : les dossiers thématiques de l'IRD

De la plante au médicament

L'exploration de la biodiversité passe par la valorisation des médecines traditionnelles et par des techniques de triage automatisé sélectionnant de nouvelles substances naturelles pour des applications médicales.

Retour à l'accueil

Le cycle de l'eau au Niger

Une histoire géologique simple  |  Une succession d'épisodes secs et humides  |  Une multitude de petits bassins versants  |  Mesurer la pluie  |  Mesurer les écoulements de surface  |  Mesurer la nappe phréatique  |  Quand le niveau de la nappe monte

Une histoire géologique simple

Dans ses grandes lignes, l'histoire géologique de la région au cours des derniers millions d'années est simple. Elle est fondamentale pour comprendre le fonctionnement hydrologique actuel.
Dans la vallée du fleuve Niger et à l'extérieur de notre zone, vers le sud-ouest, on rencontre à l'affleurement les roches cristallines et métamorphiques très anciennes qui constituent le bouclier africain.
Pendant le Tertiaire, ce socle a été érodé et les produits de son altération ont été transportés par les rivières vers le centre d'un grand bassin continental très peu profond. Ces dépôts sablo-argileux se sont accumulés en couches horizontales qui constituent ce qu'on appelle le Continental Terminal. Ils atteignent plusieurs centaines de mètres d'épaisseur dans le centre du bassin et seulement quelques mètres sur les bords.
Au Quaternaire, des époques beaucoup plus sèches et beaucoup plus humides qu'actuellement se sont succédées.
Durant les périodes humides, les rivières ont érodé les sédiments du Continental Terminal et ont creusé des vallées plus ou moins profondes.
Des alluvions se sont accumulées dans les vallées les plus creusées.

Globules rouges infectés par Plasmodium falciparum.