IRD - Suds en ligne : les dossiers thématiques de l'IRD

De la plante au médicament

L'exploration de la biodiversité passe par la valorisation des médecines traditionnelles et par des techniques de triage automatisé sélectionnant de nouvelles substances naturelles pour des applications médicales.

Retour à l'accueil

Le cycle de l'eau au Niger

Une histoire géologique simple  |  Une succession d'épisodes secs et humides  |  Une multitude de petits bassins versants  |  Mesurer la pluie  |  Mesurer les écoulements de surface  |  Mesurer la nappe phréatique  |  Quand le niveau de la nappe monte

Mesurer la pluie

Les averses sont généralement courtes (une heure ou deux, le plus souvent) et parfois violentes (les plus intenses dépassent 100mm/heure). Pour les mesurer, on utilise des pluviographes.
De 1990 à 1993, le réseau de suivi de la pluie comportait une centaine d'appareils, ce qui représentait une densité d'un pluviographe pour environ 100 km2. Depuis, cette densité a été réduite et le dispositif actuel comporte un pluviographe tous les 300 km2.
Les mares temporaires se remplissent au début de la saison des pluies. Leur niveau varie au rythme des averses et des périodes sans pluie. La plupart d'entre elles restent en eau pendant toute la saison des pluies et même au-delà, plusieurs semaines ou plusieurs mois après la dernière pluie. Cependant, certaines, très rares, se vident plus rapidement ; elles connaissent donc des alternances de remplissage et de vidange complète, répétées tout au long de la saison des pluies.
La montée du niveau de la mare se fait en quelques heures, pendant et juste après une averse. Cette faible durée s'explique par la faible durée des averses (en général une heure ou deux) et par la faible taille des bassins versants. Au contraire, la baisse du niveau est un phénomène plus long, qui dure plusieurs jours, voire plusieurs mois pour le dernier épisode. Cette baisse s'explique très partiellement par l'évaporation et surtout par l'infiltration vers la nappe phréatique.
Quand on regarde un épisode de vidange, la baisse du niveau est d'abord très rapide puis se ralentit sensiblement. Ce fonctionnement en deux étapes s'explique par la présence d'une zone argileuse très peu perméable au fond de la mare. Au début de la vidange, l'eau s'infiltre surtout au travers de la partie supérieure des berges, non colmatée et donc bien perméable. Quand le niveau a baissé, l'infiltration ne peut plus se faire qu'au travers de la partie basse de la mare, colmatée.
Quand on regarde tous les épisodes d'une même année d'une même mare, on constate que le colmatage augmente au cours de la saison : les particules argileuses et limoneuses amenées par le ruissellement s'accumulent au fond de la mare et diminuent la perméabilité de ses berges. Mais l'érosion éolienne, active pendant la saison sèche lorsque la mare s'est vidée, va faire disparaître une partie des particules fines.

Globules rouges infectés par Plasmodium falciparum.
Globules rouges infectés par Plasmodium falciparum.