IRD - Suds en ligne : les dossiers thématiques de l'IRD

De la plante au médicament

L'exploration de la biodiversité passe par la valorisation des médecines traditionnelles et par des techniques de triage automatisé sélectionnant de nouvelles substances naturelles pour des applications médicales.

Retour à l'accueil

Le cycle de l'eau au Niger

Une histoire géologique simple  |  Une succession d'épisodes secs et humides  |  Une multitude de petits bassins versants  |  Mesurer la pluie  |  Mesurer les écoulements de surface  |  Mesurer la nappe phréatique  |  Quand le niveau de la nappe monte

Mesurer les écoulements de surface

Du fait de la petite taille des bassins versants, le ruissellement de l'eau à la surface du sol n'a pas le temps de former de véritables rivières. Ce ne sont que des petits ruisseaux qui arrivent à la mare temporaire qui occupe la zone la plus basse du bassin.
Il est très difficile de mesurer précisément le débit de ces petits ruisseaux. Au contraire, il est facile de mesurer la variation de niveau, et donc de volume, de la mare au cours de l'averse.
De plus, une part du ruissellement atteint la mare sans jamais s'être concentrée en ruisseau. Le suivi du volume de la mare est donc beaucoup plus significatif.
Puisque les pluies sont brèves et les bassins petits, les épisodes de crue ne durent jamais très longtemps, quelques heures au maximum. Il est donc presque indispensable d'installer des enregistreurs automatiques qui vont suivre l'évolution du niveau de la mare avec des pas de temps courts (3 minutes).
Les enregistreurs sont constitués d'une sonde, placée au centre de la mare et qui mesure les variations de pression (donc de hauteur d'eau), reliée par un câble à un boîtier électronique placé à l'extérieur de la mare. Ce boîtier commande le rythme des mesures et permet de récupérer toutes les mesures accumulées entre deux visites de l'hydrologue. C'est un équipement tout à fait identique à celui que l'on utilise dans les puits et forages pour suivre l'évolution du niveau de la nappe.

schéma écoulements

Dans cette région, les versants ont rarement une pente constante sur toute leur longueur. Souvent, on observe une zone de moindre pente vers le milieu du versant. Ceci est très important pour le fonctionnement hydrologique : en arrivant sur cette zone, le ruissellement de l'eau à la surface du sol perd de la vitesse et une partie des particules sableuses et argileuses qu'elle entraînait vont se déposer et s'accumuler. Ce cône de matériau très poreux peut "absorber" des quantités importantes d'eau.
Lorsque les pluies sont faibles, le ruissellement de la partie haute du versant va se perdre dans ce cône et n'atteindra jamais la mare temporaire qui occupe le point le plus bas du bassin. Lorsque les pluies sont moyennes ou fortes, le ruissellement est suffisamment important pour être continu du haut en bas du bassin. On a donc un système hydrologique double : pour les petites pluies, seule la partie la plus proche de la mare participe à son remplissage ; pour les fortes pluies, tout le bassin est utile.