IRD - Suds en ligne : les dossiers thématiques de l'IRD

De la plante au médicament

L'exploration de la biodiversité passe par la valorisation des médecines traditionnelles et par des techniques de triage automatisé sélectionnant de nouvelles substances naturelles pour des applications médicales.

Retour à l'accueil

Amazone  |  Congo  |  Sénégal

Ressources en eau et gestion du fleuve Sénégal

Pirogues de pêche et pêcheurs le long du fleuve Sénégal

Le fleuve Sénégal  |  Deux barrages pour une meilleure gestion de l'eau  |  Mise en place d'outils de prévision

Le fleuve Sénégal

Le fleuve Sénégal, en Afrique de l'Ouest, arrose quatre pays (Guinée, Mali, Mauritanie, Sénégal) et draine un bassin versant de 340 000 km2. Il est alimenté par trois affluents principaux, le Bafing , le Bakoye et la Falémé qui prennent tous les trois leur source dans le massif du Fouta Djalon en Guinée. À son embouchure, près de la ville pittoresque de Saint-Louis , son débit annuel moyen est de 640 m3/s soit un volume total de 22 milliards de m3. En réalité, la variation des apports est très forte et ce volume varie, suivant les années, de 8 à 45 milliards de m3.
En régime naturel, la crue du Sénégal s'étend de juillet à octobre. Ensuite le débit décroît très fortement pour devenir quasiment nul à l'étiage, vers février-mars. Cette faiblesse des débits pénalise fortement l'agriculture traditionnelle dans les zones d'inondation ainsi que l'élevage dans les pâturages de décrue et, de plus, favorise la remontée de l'eau salée dans le lit du fleuve à plus d'une centaine de kilomètres de l'embouchure.
La sécheresse très sévère qu'a connu le Sénégal durant la décennie 1970-1980 a amplifié ces effets négatifs et les conséquences ont été catastrophiques pour le développement de la région.