IRD - Suds en ligne : les dossiers thématiques de l'IRD

De la plante au médicament

L'exploration de la biodiversité passe par la valorisation des médecines traditionnelles et par des techniques de triage automatisé sélectionnant de nouvelles substances naturelles pour des applications médicales.

Retour à l'accueil

Les maladies liées à l'eau

Dans les eaux courantes  |  Dans les eaux stagnantes
Dans les eaux stockées

Dans les eaux stagnantes

Les bilharzioses  |  La dracunculose  |  Le paludisme

Les bilharzioses

Les bilharzioses sont des infestations parasitaires affectant l'homme. Elles sont dues à des vers plats appelés schistosomes vivant dans les vaisseaux sanguins. Les êtres humains contractent cette maladie au cours de contacts avec une eau douce contaminée dans laquelle se trouvent les mollusques qui sont les hôtes intermédiaires à l'origine des larves infestantes et sans lesquels les parasites ne peuvent effectuer leur cycle. Elles touchent principalement les zones rurales. Cependant, les migrations des populations vers les villes introduisent de plus en plus la maladie dans les zones péri-urbaines. Les mouvements de populations engendrés par l'extension des régions irriguées cultivables favorables aux hôtes intermédiaires peuvent aussi développer l'importation du parasite dans d'autres zones.
Cette maladie parasitaire se range juste après le paludisme pour l'importance de son impact sur la santé publique et sur le développement socio-économique. Un médicament, le praziquantel, au coût maintenant accessible aux populations du Sud et pratiquement dénué d'effets secondaires, existe. Il constitue un traitement efficace de la maladie mais la principale difficulté est de lutter contre la transmission, c'est-à-dire soit de détruire les mollusques hôtes intermédiaires soit de la freiner en réduisant les contacts des populations avec l'eau.
Les mollusques, vecteurs de cette maladie, apparaissent dès que la forêt a disparu et s'installent dans les barrages. Les aménagements hydroagricoles créent un contexte favorable à leur développement, rendant possible l'infestation d'une population qui vient utiliser cette eau de surface (jeux, baignade, lessive...). On observe ainsi que ce sont les enfants qui fréquentent le plus les points d'eau qui sont les plus contaminés. Dans ces nouvelles zones agricoles, les mouvements de population engendrés par l'extension des aires cultivables irrigables favorisent l'importation du parasite par des sujets originaires d'autres régions.

Recherche au Cambodge
Recherche au Cambodge