IRD - Suds en ligne : les dossiers thématiques de l'IRD

De la plante au médicament

L'exploration de la biodiversité passe par la valorisation des médecines traditionnelles et par des techniques de triage automatisé sélectionnant de nouvelles substances naturelles pour des applications médicales.

Retour à l'accueil

La pêche dans le Delta Central du Niger

Entre 45 000 et 100 000 tonnes de poisson par an  |  Près de 140 espèces de poissons  |  Bozo, Somono, Sorko…  


Entre 45 000 et 100 000 tonnes de poisson par an

La pêche artisanale représente à l'heure actuelle environ 5 % de la production halieutique mondiale et près de 90 % des pêcheurs. Elle est plus particulièrement développée dans les pays du Tiers-Monde où elle représente une activité économique et une ressource alimentaire précieuse. Bien que la pêche artisanale maritime soit plus importante, sept à dix millions de tonnes par an, soit 20 %, proviennent des pêches intérieures. Les milieux aquatiques continentaux réputés les plus productifs sont des milieux fluviaux dotés d'importantes extensions temporaires (plaines inondables).
En Afrique, la région sahélienne est riche en milieux de ce genre notamment le Delta Central du Niger au Mali. Dans cette région, la production annuelle varie entre 45 000 et 100 000 tonnes selon l'importance des crues. Lorsque la crue arrive, le développement végétal s'accompagne d'un développement de micro-organismes végétaux et animaux. Les poissons viennent alors les consommer. La production de ces herbiers flottants est considérable allant de 11 à 33 t/ha/an et des estimations de 10 à 20 t/ha/an pour des radeaux flottants à papyrus.
Les lacs du Delta Central constituent, avec le lit mineur du Niger, les milieux permanents où se regroupent les poissons à la saison sèche. Leur faible profondeur leur confère des propriétés communes aux lacs plats qui en font des milieux aussi riches que le fleuve, mais plus variés. Ils offrent donc une capacité d'accueil bien plus élevée.

L'affluent Mayo Dembé