IRD - Suds en ligne : les dossiers thématiques de l'IRD

De la plante au médicament

L'exploration de la biodiversité passe par la valorisation des médecines traditionnelles et par des techniques de triage automatisé sélectionnant de nouvelles substances naturelles pour des applications médicales.

Retour à l'accueil

La pêche dans le Delta Central du Niger

Entre 45 000 et 100 000 tonnes de poisson par an  |  Près de 140 espèces de poissons  |  Bozo, Somono, Sorko…  


Bozo, Somono, Sorko...

Ces termes sont communément utilisés de nos jours pour désigner les groupes de pêcheurs du Delta Central.
La diminution des ressources halieutiques consécutive à l'arrivée de la sécheresse a conduit à s'inquiéter du développement démographique de la population de pêcheurs exploitant ces ressources. La population de pêcheurs est estimée à environ 180 000 personnes. D'autres enquêtes permettent d'accorder une attention particulière aux déplacements et migrations. En effet, les superficies inondées étant beaucoup plus réduites que par le passé, les pêcheurs ont déserté certaines portions du Delta pour se concentrer sur celles où la pêche est encore possible. On peut distinguer deux types de migrations de faible amplitude à l'intérieur du Delta Central du Niger : les migrations de courte durée et les migrations de crue et de décrue.
Les migrations de courte durée constituent la catégorie la plus hétéroclite. Les motifs sont en majorité à dominante économique : des hommes assurant de temps en temps le transport des voyageurs vers Mopti ; des migrations de pêche de courte durée (pour l'exploitation très temporaire de certaines mares) etc. Les migrations de crue et de décrue ont des caractères variés. Dans ces migrations, des pêcheurs construisent un ou plusieurs campements successifs. Les variations du niveau de l'eau rendent impossible l'utilisation d'un même engin de pêche durant toute l'année.
Les principaux engins utilisés dans le Delta peuvent être regroupés en six grandes catégories : les méthodes de pêche active avec les engins de pêche par blessure (harpons), les filets lancés ou poussés et les sennes ; les méthodes passives avec les filets maillants, les nasses et les lignes. Certaines de ces techniques ont très peu varié alors que d'autres ont été complètement modifiées par l'apparition de nouveaux matériaux de construction.

Pêcheurs montrant les filets