Vers une pêche responsable et durable

Un milliard de personnes tributaires du poisson dans le monde  
Des années de " pêche miraculeuse " à l'effondrement des stocks

Le retour à un état initial peu probable  |  Les impacts de la pêche sur l'ensemble de l'écosystème marin  |  Une diminution inquiétante de
la taille des poissons
  |  Dynamique des systèmes d'exploitation  |  Vers une pêche responsable et durable  |  Le Centre de Recherche Halieutique méditerranéenne et tropicale

Vers une pêche responsable et durable

Il est urgent de mettre en place des mesures de gestion qui prennent en compte les impacts de la pêche sur le fonctionnement des écosystèmes. Les pratiques actuelles de la pêche, trop souvent issues d’une vision à court terme de rentabilité économique, hypothèquent non seulement l’avenir des populations et écosystèmes marins mais également celui du secteur de la pêche à moyen terme.
Dans un objectif d’incitation à une démarche de précaution et dans un véritable effort de construction de la pêche de demain, la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture) a jeté les bases d’une « Approche Ecosystémique des Pêches ». En établissant le code de conduite pour des pêches responsables en 1995, une dimension nouvelle apparaît avec le principe de précaution appliqué aux pêcheries. Il s’agit en l’occurrence d’une tentative affichée de réconcilier conservation et exploitation. Il ne s’agit pas de rejeter l’activité de pêche en tant que telle mais de responsabiliser les pêcheurs et instances décisionnelles dans l’exploitation des ressources renouvelables marines. Les activités de l’exploitation ne sont alors plus considérées comme isolées de leur contexte qu’est l’écosystème. La déclaration de Reykjavik en 2001, qui a ensuite été avalisée durant le Sommet Mondial sur le Développement Durable à Johannesburg en 2002, demande aux Etats de fonder leur politique d’exploitation des ressources marines sur des approches écosystémiques. Un cadre international et un agenda sont désormais fixés pour lequel des objectifs de la conservation et de l’exploitation existent.
Pour les scientifiques, un des enjeux est de mieux quantifier les effets de la pêche sur les écosystèmes. De nombreuses lacunes persistent encore dans ce domaine, car ce n’est que récemment que l’effort de recherche est porté sur le fonctionnement des écosystèmes dans leur ensemble. Une voie de recherche possible est d’élaborer et de proposer des indicateurs écosystémiques des pêches dans un objectif d’établir une véritable fiche de santé des écosystèmes marins et ainsi de mieux communiquer les connaissances scientifiques aux sphères décisionnelles de la gestion des pêches. L’utilisation de ces indicateurs a été discutée lors d’un symposium international en avril 2004 à l’Unesco, à Paris, qui a réuni plus de 250 chercheurs de 53 pays. Cette conférence a permis de faire un bilan des connaissances sur ce sujet et de jeter les bases des recherches futures à engager afin d’affiner les diagnostics de l’état de santé des écosystèmes marins mondiaux. Reste à savoir si les gouvernements intègreront la responsabilisation des pêcheries, prônée par la FAO, dans leur législation à l’heure où une gestion responsable et précautionneuse de la pêche est un minimum requis pour assurer la viabilité de la ressource et de son exploitation. Si, faute de ressources, les pêches maritimes ne veulent pas devenir une activité ludique à l’instar de la chasse, il faudra réduire le nombre de bateaux et leur activité, reconstituer les nombreux stocks de poissons qui se sont effondrés et réconcilier conservation et exploitation, c’est-à-dire rendre les pêcheries plus respectueuses de leur environnement.

Pêche au thon en Atlantique
Baie d'Along, Viêt-nam
Le port industriel de Valparaiso au Chili