IRD - Suds en ligne : les dossiers thématiques de l'IRD

Des forêts et des hommes

Des forêts et des hommes > Politiques et dynamiques forestières > Forêt et biodiversité > Des réservoirs de molécules miracles ?

Des réservoirs de molécules miracles ?

Moringa oleifera (Moringaceae) en fleurs

Le mirage de la convention sur la diversité biologique  |  Une recherche pharmaceutique en mutation  |  Les droits de propriété sur le « vivant » placés au centre du débat  |  Retour aux productions locales

La Convention sur la diversité biologique (CDB), signée au Sommet de la Terre de Rio en 1992, a désigné l’industrie pharmaceutique comme un acteur essentiel de la conservation de la biodiversité. Depuis la fin des années 1980, l’essor des biotechnologies et l’extension des brevets sur le vivant avaient en effet laissé entrevoir des possibilités d’utilisation lucratives des substances naturelles. Les ressources génétiques, surtout issues des forêts tropicales et associées à des savoirs locaux, devenaient un gisement de matières premières, une source majeure d’innovation et donc un objet de convoitise pour les industries. Cette hypothèse d’une demande forte, s’appuyait sur l’exemple modèle d’un contrat de bioprospection d’un million US$ par an signé entre l’Institut national de la biodiversité du Costa Rica et la firme pharmaceutique Merck.