IRD - Suds en ligne : les dossiers thématiques de l'IRD

Des forêts et des hommes

Des forêts et des hommes > Politiques et dynamiques forestières > Et la déforestation ? > Forêts et transition agraire en Asie du Sud-Est

Forêts et transition agraire en Asie du Sud-Est

Colonisation agricole des espaces forestiers  |  Transition agraire et dynamiques forestières

Maquette de paysageLa transition agraire est l’un des processus à la source des changements socioéconomiques les plus importants intervenus au cours des dernières décennies en Asie du Sud-Est. Cette région du monde a vécu le passage d’une société agraire — pour laquelle l’agriculture représente à la fois l’occupation principale, l’activité économique la plus importante et l’idéologie dominante du développement rural — à une société plus urbanisée, fondée de façon croissante sur la production industrielle et les services. La transition agraire marque l’évolution du statut des territoires ruraux : d’un espace structuré par et organisé autour de la production agricole, à un espace d’interaction entre les multiples secteurs de la société où les acteurs ruraux ne sont plus exclusivement des agriculteurs. Les oppositions anciennes entre dynamiques rurales et dynamiques urbaines s’estompent à mesure que les réseaux de communication, d’échange et de migration se renforcent entre les deux pôles traditionnels de développement que sont la ville et la campagne. Un nouveau rapport rural/urbain émerge qui transforme les relations de ces deux communautés à la forêt.
Les régions forestières d’Asie du Sud-Est n’échappent pas au mouvement général d’intégration à l'économie de marché et aux réseaux commerciaux, de différenciation sociale et de mobilité des populations en relation avec les processus d'urbanisation et d'industrialisation. D’une part, le désenclavement des zones forestières et l’amélioration constante des infrastructures permettent l’émergence de nouvelles opportunités dans le secteur non agricole, d’autre part, la dégradation de l’environnement forestier, une pression foncière croissante et l’érosion constante de la rentabilité des activités agricoles poussent les jeunes ruraux à s’orienter vers des activités plus rémunératrices voire à quitter le village. La diversification des sources de revenus s’observe au niveau régional, des villages et au sein même des ménages. Les revenus des ménages ne dépendent plus exclusivement de l’accès au foncier ou aux ressources naturelles. De manière croissante, les familles rurales dépendent de multiples opportunités d’emplois non agricoles, voire des revenus de la migration. La reproduction de la pauvreté en milieu rural apparaît ainsi de plus en plus déconnectée des ressources agricoles et forestières, ce qui présente des conséquences directes sur le choix de politiques efficaces de réduction de la pauvreté.
Face à ce constat, un programme de recherche de l’IRD mené en partenariat avec le Centre International de Recherche sur le Forêt (CIFOR) a analysé depuis 2007 l’impact de la transition agraire sur les dynamiques forestières en Asie du Sud-Est, notamment au Laos et en Indonésie.

Plantation de teck