IRD - Suds en ligne : les dossiers thématiques de l'IRD

Des forêts et des hommes

Des forêts et des hommes > Qu'est-ce qu'une forêt > Le point de vue des sciences humaines > La forêt rurale méditerranéenne

La forêt rurale méditerranéenne
Reconfigurations patrimoniales

L'invention de la forêt méditerranéenne  |  Une nouvelle vision commune à la fin du XXe siècle : la « gestion durable »  |  Le développement durable et le contraste des situations forestières  |  Un exemple de façonnage de la forêt par une communauté rurale

Vue générale de la forêt corse

L’image de la Méditerranée n’est pas associée à celle de denses étendues forestières. On y voit plutôt des boisements clairsemés, des troncs tortueux et des sous-bois broussailleux parcourus par les chèvres…
Il y a plus de dix mille ans, l’invention de l’agriculture et de l’élevage sur les rives de la Méditerranée orientale, puis sa diffusion progressive dans la partie occidentale du bassin, entraînèrent la transformation profonde des rapports de l’homme à la forêt. La première des grandes civilisations agraires était née, reposant sur la culture de l’orge et du blé, de l’olivier, de l’élevage des moutons et des chèvres. Au cours des millénaires suivants, une très grande diversité de sociétés agraires s’épanouirent autour de la Méditerranée : sociétés d’agriculteurs sédentaires et sociétés pastorales à l’Est et au Sud du bassin.

Les relations de l’homme à la forêt méditerranéenne témoignent, à travers cette très longue histoire agraire, de la diversité des usages, des représentations et des modes d’appropriation de l’arbre et des espaces boisés. Loin de conduire à un processus uniforme de dégradation forestière, les communautés rurales (familles, villages, tribus…) ont progressivement façonné une mosaïque extraordinairement diversifiée de paysages, incorporant les arbres et les espaces boisés dans leurs patrimoines domestiques, leurs savoirs et leurs savoirs-faire. La plus grande partie de la forêt méditerranéenne peut être qualifiée de « rurale » car elle porte, à différents degrés, l’empreinte de ces patrimoines domestiques.

Nous voulons ici retracer à grands traits l’histoire des idées sur la forêt méditerranéenne, les représentations dominantes et les paradigmes à l’origine de nouvelles constructions patrimoniales au cours du XXe siècle, soulignant l’homogénéisation des discours actuels sur la durabilité et les contrastes forts entre le Nord et le Sud du bassin.