IRD - Suds en ligne : les dossiers thématiques de l'IRD

Des forêts et des hommes

Des forêts et des hommes > Qu'est-ce qu'une forêt > Un point de vue d’écologues sur les forêts tropicales « naturelles »

Un point de vue d’écologues sur les forêts tropicales « naturelles »

Forêt « vierge » ou forêt « naturelle » ?  |  L’hétérogénéité des structures : à l’échelle locale  |  À l’échelle des grands massifs forestiers  |  L’échelle du paysage est la moins étudiée  |  Des réalités du terrain aux débats théoriques sur la biodiversité  |  Une théorie dite « neutraliste »  |  De fortes variations de diversité et de composition floristiques  |  Un enjeu scientifique majeur

A l’échelle des grands massifs forestiers
A cette dynamique locale qui se mesure en décennies, voire en siècles, se superpose une  dynamique globale : les grands massifs forestiers tropicaux, qu’on a longtemps crus beaucoup plus stables que ceux des hautes latitudes, ont connu des périodes de régression et d’expansion marquées au cours de l’ère quaternaire, sous l’effet de l’alternance des phases glaciaires et interglaciaires. Ces fluctuations ont en outre été beaucoup plus marquées en Afrique que sur les autres continents, limitant la couverture forestière à des zones refuge relativement réduites. Par ailleurs, selon les continents, les massifs forestiers présentent des différences sensibles de structure : les grandes forêts d’Amazonie ont en général une canopée plus basse (30-35 m) que celles du sud-est asiatique (40-45 m), et bien que plus diversifiées, sont moins riches en gros arbres que celles du bassin du Congo.

 

 

 

 

Reconstitution 3D d'une parcelle de forêt naturelle