retour au sommaire de SUDS EN LIGNE

Abidjan (Côte d'Ivoire)Bamako (Mali)Bangkok (Thaïlande)Delhi (Inde)Guatemala CiudadHanoi (Viêt-nam)Johannesburg (Afrique du Sud)Kampala (Ouganda)Le Caire (Egypte)Montréal (Canada)Moscou (Russie)Mumbai (Inde)Ouagadougou (Burkina Faso)Paris (France)Quito (Equateur)Santiago du ChiliSão Paulo (Brésil)Strasbourg (France)

 


Premier centre industriel colombien  |  Plus de 6 millions d'habitants Une proportion élevée d'adultes de 15 à 44 ans
Les principaux flux de migrants  |  Forte opposition
Nord riche/Sud pauvre
  |  L'auto-construction pour les plus démunis
De nouvelles pratiques urbaines plus rationnelles
La volonté de mieux gérer le foncier  |  Pour en savoir plus
Bogota en images

Premier centre industriel colombien

A l'heure actuelle, Bogota est la capitale économique du pays. Elle constitue le marché urbain le plus important, générant près du quart du PIB national. Bogota concentre environ le tiers des emplois (35 %) et de la valeur ajoutée industrielle nationale (30 %), environ la moitié de l'activité tertiaire : 71 % du mouvement boursier, 40 % des dépôts bancaires, 47  % des diplômes de 1er cycle universitaire et 55 % du second cycle universitaire, 60 % des primes d'assurance vendues dans le pays. Cette place prépondérante s'est constituée au cours des cinquante dernières années. Après la 2e guerre mondiale, Bogota remplace Medellin comme premier centre industriel colombien. Depuis 1970, Bogota consolide les fonctions économiques liées à son rôle de capitale politique : les dépenses et l'investissement publics ont augmenté leur participation dans le PIB, passant de 10 % il y a trente ans, à 30 % maintenant. Au début des années 1990, Bogota conforte sa place de principal centre financier, avec un rôle privilégié dans la gestion des transactions internationales.
L'activité de Bogota est tournée principalement vers le marché interne et sa participation dans la valeur des exportations colombiennes est très faible (moins de 3 %). La faiblesse de cette participation au commerce international est liée au fait que deux composantes ont un rôle très élevé dans les exportations colombiennes : les mines (pétrole, charbon, nickel, émeraude et or) et les produits agricoles (café, banane, fleur). Les produits manufacturés ne représentent que 30  % des exportations nationales et, parmi eux, un tiers correspond aux dérivés pétrochimiques produits dans des pôles industriels spécialisés. Néanmoins, au niveau financier, Bogota est le principal centre de transactions internationales et le plus grand centre de consommation de marchandises importées. Les tendances récentes du comportement économique de Bogota laissent présager un futur favorable à la croissance de la ville. L'activité industrielle colombienne ne montre pas de tendances à la déconcentration ou à la décentralisation, et le secteur tertiaire maintient ses niveaux élevés de concentration dans la capitale. Seules les grandes exportations minières et agricoles se réalisent à l'extérieur de Bogota.

retour au sommaire de Métropoles en mouvement