retour au sommaire de SUDS EN LIGNE

Abidjan (Côte d'Ivoire)Bamako (Mali)Bangkok (Thaïlande)Delhi (Inde)Guatemala CiudadHanoi (Viêt-nam)Johannesburg (Afrique du Sud)Kampala (Ouganda)Le Caire (Egypte)Montréal (Canada)Moscou (Russie)Mumbai (Inde)Ouagadougou (Burkina Faso)Paris (France)Quito (Equateur)Santiago du ChiliSão Paulo (Brésil)Strasbourg (France)

 


Premier centre industriel colombien  |  Plus de 6 millions d'habitants Une proportion élevée d'adultes de 15 à 44 ans
Les principaux flux de migrants  |  Forte opposition
Nord riche/Sud pauvre  |  L'auto-construction pour les plus démunis
De nouvelles pratiques urbaines plus rationnelles
La volonté de mieux gérer le foncier  |  Pour en savoir plus
Bogota en images

Forte opposition Nord riche/Sud pauvre

En 1938, la ville concentrique et compacte du début du siècle a cédé la place à une ville linéaire (suivant l'axe nord-sud du tramway); la densité a déjà diminué très nettement, avoisinant 130 hab/ha. Limitée sur sa bordure orientale par une chaîne montagneuse, Bogota peut s'étendre sans contrainte naturelle dans les autres directions, sur les terres planes de la Sabana. La croissance démographique particulièrement rapide des années 1940 jusqu'au milieu des années 1970 se traduit par une expansion spatiale encore plus spectaculaire : en 1973, la capitale est 12 fois plus étendue qu'en 1938, alors que dans le même temps la population est multipliée par 9. La densité de population atteint son niveau minimum, passant en dessous du seuil des 100 hab/ha au début des années 1970. Dès les années 1950, se trouvent mises en place les structures majeures de Bogota, qui ne feront que s'accentuer durant les décennies suivantes : une ségrégation socio-spatiale très marquée opposant un nord riche à un sud pauvre, et une forte spécialisation fonctionnelle, se traduisant par une grande concentration des zones d'emploi, articulée autour de deux axes principaux : un axe tertiaire centre-nord, et un axe industriel centre-ouest.
Dans les années 1970, le démarrage de la construction en hauteur se traduit par l'apparition de secteurs ayant des densités très élevées. Depuis les années 1980, la dynamique spatiale est marquée par de nouveaux mouvements, liés à des changements sensibles dans les logiques de localisation résidentielle des différentes couches de la population. L'étalement des banlieues populaires et la déconcentration urbaine de populations plus favorisées sur les communes de la périphérie métropolitaine s'exercent à partir des années 1980 simultanément avec d'importantes recompositions internes de l'espace métropolitain. La densité brute de Bogota augmente : 130 hab/Ha en 1985 et près de 150 en 1993.
Entre 1985 et 1993, un cinquième de l'accroissement démographique total de l'aire métropolitaine de Bogota se réalise au delà des limites de la métropole proprement dite, dans la périphérie métropolitaine.

retour au sommaire de Métropoles en mouvement