retour au sommaire de SUDS EN LIGNE

Abidjan (Côte d'Ivoire)Bamako (Mali)Bangkok (Thaïlande)Delhi (Inde)Guatemala CiudadHanoi (Viêt-nam)Johannesburg (Afrique du Sud)Kampala (Ouganda)Le Caire (Egypte)Montréal (Canada)Moscou (Russie)Mumbai (Inde)Ouagadougou (Burkina Faso)Paris (France)Quito (Equateur)Santiago du ChiliSão Paulo (Brésil)Strasbourg (France)

 


Premier centre industriel colombien  |  Plus de 6 millions d'habitants Une proportion élevée d'adultes de 15 à 44 ans
Les principaux flux de migrants  |  Forte opposition
Nord riche/Sud pauvre
  |  L'auto-construction pour les plus démunis
De nouvelles pratiques urbaines plus rationnelles
La volonté de mieux gérer le foncier  |  Pour en savoir plus
Bogota en images

La volonté de mieux gérer le foncier

Il faut également noter différentes initiatives prises au cours de ces dernières années afin de rendre la gestion plus efficace: un assainissement des finances, l'adoption progressive de méthodes plus rationnelles, parfois empruntées au secteur privé et la systématisation des informations sur le bâti et la population.
Par ailleurs, non seulement les pouvoirs publics mais aussi les gremios (groupes d'intérêts économiques) et les ONG sont intervenus sur l'amélioration du cadre de vie, en essayant de créer un sentiment d'appartenance à la ville et de favoriser des projets de récupération spatiale et sociale des espaces publics. Des campagnes d'éducation citoyenne novatrices y ont contribué.
Le laisser-faire a engendré la multiplication de quartiers illégaux aux limites de la ville. Une fois la situation devenue irrémédiable, fut prise la décision de légaliser l'existant et de l'équiper progressivement, tandis que de nouvelles normes (prises aussi bien au niveau du District que de l'arrondissement) devaient permettre d'empêcher l'apparition de nouveaux quartiers de ce type. De fait, d'une part le processus de régularisation est très lent et d'autre part continuent de surgir de nouveaux quartiers illégaux. Au cours des dernières années, la seule intervention de nature autoritaire fut celle de quelques démolitions de constructions dans des zones à risques de désastres naturels. C'est seulement avec l'actuelle élaboration du Plan de Ordenamiento Territorial qu'émergent la volonté de gérer le foncier de manière plus adéquate (banco de tierras) et d'affronter la situation au plan de l'aire métropolitaine d'une part, et la définition de procédures à cet effet d'autre part.

Contacts auteurs :
Luis Mauricio Cuervo : lmcuervo@uniandes.edu.co
Françoise Dureau : fdureau@regards.cnrs.fr
Thierry Lulle : lulle@bondy.ird.fr
Adriana Parias : adrianaparias@tutopia.com

retour au sommaire de Métropoles en mouvement