retour au sommaire de SUDS EN LIGNE

Abidjan (Côte d'Ivoire)Bamako (Mali)Bangkok (Thaïlande)Bogota (Colombie)Delhi (Inde)Guatemala ciudadHanoi (Viêt-nam)Kampala (Ouganda)Le Caire (Egypte)Montréal (Canada)Moscou (Russie)Mumbai (Inde)Ouagadougou (Burkina Faso)Paris (France)Quito (Equateur)Santiago du ChiliSão Paulo (Brésil)Strasbourg (France)


Plus de trois millions d'habitants  |  Une tête de pont pour les investisseurs étrangers  |  Une croissance urbaine relativement modérée  |  Une population noire majoritaire  |  Un pôle d'attraction majeur pour les migrants  |  De vastes zones-dortoirs
Les constructions en hauteur sont l'exception  |  Des statuts d'occupation du logement en mutation  |  Une volonté de "réintégrer
la ville"
  |  Pour en savoir plus  |  Johannesburg en images

Une croissance urbaine relativement modérée

Les populations résidant dans des logements informels à l'écart des villes, fonctionnellement rattachées à l'économie urbaine, ne sont pas comptabilisées comme urbaines : leur prise en compte conduirait à un taux d'urbanisation estimé à 70 %. L'Afrique du Sud compte parmi les pays les plus urbanisés d'Afrique. Sa croissance urbaine est relativement modérée : pour l'ensemble de l'Afrique australe, le taux annuel d'accroissement de la population urbaine est de l'ordre de 3 %, avec un ralentissement depuis les années 1950 et une reprise depuis 1985. La métropole de Johannesburg ne regroupe donc qu'environ 13 % de la population du pays. Le réseau urbain sud-africain est relativement étoffé, comportant sept aires métropolitaines principales, et des villes de second rang de taille importante : les aires métropolitaines de Durban, du Cap et de Prétoria rassemblent respectivement 4, 3 et 3 millions d'habitants.

retour au sommaire de Métropoles en mouvement