les dossiers de Suds en ligne


Les facteurs de risques anthropiques

Croissance démographique et contact avec les virus  |  Les virus du groupe Hantaan  |  Fièvre hémorragique d'Argentine  |  Encéphalite japonaise  |  La fièvre hémorragique de Crimée-Congo  |  La fièvre hémorragique d'Omsk en Sibérie  |  Maladie de la forêt de Kyasanur en Inde  |  Les virus Oropouche et Machupo  |  La fièvre de la vallée du Rift  |  La fièvre jaune en Afrique de l'Ouest  |  L'urbanisation : la dengue hémorragique  |  Les pratiques sexuelles :
le sida
  |  Les risques du voyage  |  Les foyers épidémiques nosocomiaux  |  L'utilisation de produits biologiques  |  Les systèmes de quarantaine

Développement agricole dans la forêt amazonienne :
les virus Oropouche et Machupo

Le virus Oropouche  |  L'histoire du virus Machupo  
La forêt, "sanctuaire" de nombreux virus

Ces trois derniers exemples se réfèrent aux relations de l'homme avec la forêt tropicale. Dans le domaine des zoonoses, la forêt joue un rôle non négligeable dans le maintien de la circulation des virus. Elle est notamment considérée comme le « sanctuaire » de la fièvre jaune. Son régime pluviométrique peu contrasté et l'humidité constante qui en résulte font que les vecteurs y sont actifs toute l'année. L'extrême dilution vectorielle limite le contact avec les populations d’hôtes qui amplifient les virus (les singes dans le cas de la fièvre jaune) et par conséquent tout processus épizootique. Cela explique que les populations qui vivent en milieu forestier – tels les Pygmées en Afrique centrale – présentent des stigmates sérologiques d’arboviroses très discrets, comparativement aux populations des lisières de la forêt.



 

Les maladies virales, introduction