les dossiers de Suds en ligne


Les facteurs de risques anthropiques

Croissance démographique et contact avec les virus  |  Les virus du groupe Hantaan  |  Fièvre hémorragique d'Argentine  |  Encéphalite japonaise  |  La fièvre hémorragique de Crimée-Congo  |  La fièvre hémorragique d'Omsk en Sibérie  |  Maladie de la forêt de Kyasanur en Inde  |  Les virus Oropouche et Machupo  |  La fièvre de la vallée du Rift  |  La fièvre jaune en Afrique de l'Ouest  |  L'urbanisation : la dengue hémorragique  |  Les pratiques sexuelles :
le sida
  |  Les risques du voyage  |  Les foyers épidémiques nosocomiaux  |  L'utilisation de produits biologiques  |  Les systèmes de quarantaine

Les pratiques sexuelles : le sida

 Un virus transmis par voie sexuelle  |  Sur la piste africaine  
Le passage du virus simien à l'homme

Il n’est pas dans notre propos de retracer l’histoire des maladies vénériennes, récemment devenues maladies sexuellement transmissibles, largement dominées par la syphilis et différentes maladies d’origine bactérienne; seul le cas du sida sera analysé ici.
Le sida est à l’origine du concept de maladies virales nouvelles . L’analyse du cheminement des VIH est révélatrice de notre propos : nous pensons que les zones tropicales constituent les zones d’émergence des fléaux futurs que risque de connaître l’humanité. Il nous est donc apparu indispensable de détailler l’histoire de cette virose.
L’apparition du sida au début des années 1980 intervint à une époque où la communauté scientifique et les autorités nationales de santé considéraient que les maladies infectieuses étaient maîtrisées, ou qu’elles le seraient sous peu. Les antibiotiques et les vaccins étaient venus à bout du risque infectieux. Dès 1967, le ministre de la Santé des États-Unis pouvait rassurer ses compatriotes : il n’y aurait plus de maladies infectieuses que la médecine ne pourrait maîtriser. Les crédits de la recherche médicale s’orientaient alors vers la lutte contre le cancer et les maladies cardio-vasculaires. L’arrivée du sida allait profondément bouleverser cet optimisme : non seulement un virus nouveau induisait une maladie nouvelle, mais de plus il diffusait très rapidement à travers le monde. En vingt ans, le sida aura fait autant de victimes que la Grande Peste du Moyen Âge en Europe. La modestie face à la nature s’est imposée. On a pris peu à peu au sérieux les risques d’émergence de virus nouveaux. Le sida a fait prendre conscience à l’humanité, et notamment à ses dirigeants, du risque terriblement actuel représenté par les maladies infectieuses.
Retraçons les grandes lignes de l’histoire de ce nouveau fléau.



 

Les maladies virales, introduction