les dossiers de Suds en ligne


Les facteurs de risques naturels

Les oiseaux  |  Les chauves-souris  |  Les facteurs climatiques

Les oiseaux

Le virus West Nile  |  Un diagnostic très délicat  |  Une augmentation des cas d'encéphalites  |  Une réémergence soudaine inexpliquée  |  Le virus Sindbis

Il s’agit d’un arbovirus également ancien, découvert en 1952 au nord du Caire et transmis par des moustiques ornithophiles. Chez l’homme, l’infection se traduit par une fièvre exanthématique. Présent aussi bien en Afrique qu’en Asie, ce virus a attiré l’attention en Europe du Nord dans les années 1980, lorsque des épidémies ont été rapportées en Suède (maladie d’Okelbo), en Finlande (maladie de Pogosta) et en Russie (fièvre de Carélie). Dans tous les cas, un virus proche du virus Sindbis (Sindbis like) a été isolé. À quel pays devait revenir l’antériorité de cette découverte ? La Russie, la Suède, la Finlande… ? En fait, ce fut l’Afrique… Lors d’un séjour à Fort Detrick avec le Dr Niklasson, le spécialiste des arbovirus en Suède, l’un de nous attira l’attention sur la description, réalisée en Afrique dans les années 1970, d’un virus proche de Sindbis, et que nous avions dénommé « Babanki » – virus totalement ignoré de la communauté scientifique. La comparaison entre les isolats du nord de l’Europe et le virus Babanki permit de montrer leur identité et d’expliquer l’origine de l’apparition du virus en Europe du Nord : il a été introduit par les oiseaux migrateurs depuis l’Afrique du Sud. On retrouve un schéma identique à celui du virus West Nile. Toutefois, un mystère demeure : la migration sud-nord nécessite plusieurs semaines (au moins un mois), ce qui paraît incompatible avec la durée de la virémie chez les oiseaux, qui n’est que de quelques jours. Il est donc possible que le virus se déplace par étapes successives et circule parmi les oiseaux dans différentes régions, comme l’atteste l’aire d’endémicité de cette virose. Il a également été évoqué la possibilité d’une infection persistante suivie de la libération du virus sous l’effet du stress lors de la migration. Enfin, la possibilité d’introduction de moustiques infectés lors de transports aériens n’est pas à exclure.



 

Les maladies virales, introduction