les dossiers de Suds en ligne


L'expansion des maladies virales existantes

L’homme joue un rôle essentiel dans l’émergence des virus nouveaux. Toute modification majeure d’origine anthropique, aussi bien écologique que comportementale peut entraîner un déséquilibre favorable à l’émergence de virus. Cette vérité – sans cesse redécouverte au cours de l’histoire des maladies infectieuses, du temps des caravanes à celui de l’avion – ne permet pourtant pas de prévenir l’émergence de virus nouveaux. Au début des années 1980, la communauté médicale a été très surprise de la diffusion des virus VIH. On connaissait le processus de la transmission de virus par les dérivés sanguins (dans le cas par exemple de l’hépatite B), mais le risque de voir émerger de nouveaux virus par ce même processus n’a pas été pris en compte. Aujourd’hui, les produits biologiques d’origine humaine ou animale sont sous haute surveillance. En revanche, aucune surveillance épidémiologique active n’a été mise en place dans les aéroports pour essayer de détecter des virus nouveaux introduits par les voyageurs rentrant des pays tropicaux. La seule bonne nouvelle dans ce domaine de surveillance réside dans le développement d’outils biologiques de diagnostic. À l’instar de ce qui s’est passé pour l’épidémie new-yorkaise de virus West Nile, ou encore lors de l’épidémie de SRAS, tout nouvel intrus peut être rapidement détecté, à condition d’être à l’origine d’un syndrome aigu sévère. Il en est évidemment tout autrement des maladies virales chroniques dont l’agent pourrait être transmissible et qui peut passer inaperçu pendant de nombreuses années. Nous rejoignons là le cas des rétrovirus.
Nous nous proposons d’analyser les risques potentiels d’épidémisation de quelques virus majeurs actuels, et surtout, d’essayer de cerner les causes d’évolution des grandes viroses en attirant l’attention sur des menaces potentielles telles qu’une future pandémie de grippe.



 

Les maladies virales, introduction