les dossiers de Suds en ligne


Les menaces

L'homme face à une nouvelle pandémie de grippe  |  Le syndrome
respiratoire aigu sévère
  |  Les encéphalopathies spongiformes  |  La maladie de Creutzfeldt-Jakob  |  L'encéphalopathie spongiforme bovine

L'encéphalopathie spongiforme bovine

Le passage de l'ESB à l'homme  |  Transmission de virus
par les produits biologiques

L’épizootie d’encéphalopathie spongiforme des bovidés (ESB), communément appelée « maladie de la vache folle », a débuté au milieu des années 1980, au Royaume-Uni. L’ESB touche uniquement les animaux adultes (4 à 5 ans). Il a rapidement été établi que l’origine de l’infection était liée à la consommation de farines de viande et d’os, employée dans la nourriture du bétail comme supplément protéique. L’épizootie a débuté dans les années 1980-1981 lorsqu’une modification a été apportée au procédé de fabrication des farines. Pour des raisons économiques, il a été décidé de supprimer une étape d’extraction par un solvant organique suivie d’un chauffage. Afin de stopper la diffusion de l’infection, les autorités britanniques ont décidé en 1988 d’interdire l’utilisation des protéines animales dans l’alimentation du bétail. À ce jour, environ 220 000 cas de bétail infecté (dont plus de 90 % en Grande-Bretagne) ont été rapportés, avec un pic dans les années 1991-1994. L’incidence de la maladie décroît fortement depuis cette date. Le cheptel bovin européen est lui aussi touché. Des cas en nombre restreints ont également été rapportés en Suisse, en Belgique, au Portugal, en France, en Allemagne (quelques dizaines à quelques centaines de cas) ; en 2001, le premier cas a été rapporté au Japon, et en 2003 au Canada. L’ESB a modifié la perception des consommateurs en matière de qualité sanitaire des aliments.



 

Les maladies virales, introduction