IRD - Suds en ligne : les dossiers thématiques de l'IRD

Les risques volcaniques

Fascination ou crainte, les volcans suscitent des sentiments passionnés et contradictoires. Une centaine d'entre eux, véritables bombes à retardement, font l'objet d'une surveillance rapprochée.

Retour à l'accueil

Le diagnostic biologique des maladies virales

Laboratoire de biologie moléculaire à l'IRD de Montpellier

L'expérimentation sur l'homme  |  L'expérimentation animale et les cultures cellulaires  |  Les méthodes nouvelles de diagnostic  |  Importance des techniques issues du génie génétique  |  Papillomavirus, Herpesvirus, Hantavirus… de nombreux agents infectieux détectés  |  ELISA et PCR, outils modernes de diagnostic  |  Les momies andines livrent leur secret  |  Un champ d'investigation particulièrement prometteur 

La révolution microbienne issue des travaux de Louis Pasteur et de ses élèves a ouvert des perspectives extraordinaires pour la compréhension des maladies infectieuses. Les connaissances sur le rôle des virus dans l’étiologie de ces maladies ont progressé en étroite liaison avec le développement des techniques virologiques.
En 1923 est paru un ouvrage médical qui recensait les infections à germe connu et les infections à germe inconnu. Ce dernier groupe comptait dix-sept infections d’étiologie inconnue, presque toutes des maladies virales (grippe, rougeole, rubéole, rage, variole, vaccine, dengue, herpès, oreillons, etc.) L’avènement des techniques de cultures cellulaires dans les années 1950 a permis d’identifier et de caractériser ces virus. Ces dernières années est apparu un ensemble de techniques révolutionnaires, dont le but n’est plus d’isoler le virus pour le caractériser mais de détecter son information génétique, et qui permettent de manipuler des échantillons ayant perdu toute infectiosité. C’est une brève histoire de l’évolution des techniques virologiques appliquées au diagnostic que nous nous proposons de présenter.