IRD - Suds en ligne : les dossiers thématiques de l'IRD

Les risques volcaniques

Fascination ou crainte, les volcans suscitent des sentiments passionnés et contradictoires. Une centaine d'entre eux, véritables bombes à retardement, font l'objet d'une surveillance rapprochée.

Retour à l'accueil

Le diagnostic biologique des maladies virales

L'expérimentation sur l'homme  |  L'expérimentation animale et les cultures cellulaires  |  Les méthodes nouvelles de diagnostic  |  Importance des techniques issues du génie génétique  |  Papillomavirus, Herpesvirus, Hantavirus… de nombreux agents infectieux détectés  |  ELISA et PCR, outils modernes de diagnostic  |  Les momies andines livrent leur secret  |  Un champ d'investigation particulièrement prometteur 

L'expérimentation animale et les cultures cellulaires

Les animaux de laboratoire ont constitué, dès le départ des recherches en biologie, un outil essentiel. Ils ont permis de reproduire des maladies, et, par conséquent, d'étudier leur pathogénie, d'adapter les souches virales, de produire d'importantes quantités d'antigènes. Les animaux de laboratoire ont également joué un rôle essentiel dans l'histoire de l’immunologie et des vaccins. De nos jours encore, l'absence d'un modèle animal constitue le principal frein au développement de certains vaccins.
Les cultures de cellules ont également représenté une révolution majeure dans le développement de la virologie moderne. Dans la recherche d'agents infectieux, les animaux et les cultures cellulaires ont joué un rôle primordial. Ces méthodes de diagnostic ont toutefois leurs limites : seuls des virus capables d’induire une maladie décelable chez l’animal ou de causer une altération des cultures de cellules pourront être diagnostiqués. Dans le cas d’un virus qui ne possède pas ces propriétés, tel le virus de l’hépatite C, les animaux de laboratoire ou les cultures de cellules ne sont d’aucun apport pour le diagnostic de l’infection virale.

Maladies virales [image]