IRD - Suds en ligne : les dossiers thématiques de l'IRD

Les risques volcaniques

Fascination ou crainte, les volcans suscitent des sentiments passionnés et contradictoires. Une centaine d'entre eux, véritables bombes à retardement, font l'objet d'une surveillance rapprochée.

Retour à l'accueil

Le diagnostic biologique des maladies virales

L'expérimentation sur l'homme  |  L'expérimentation animale et les cultures cellulaires  |  Les méthodes nouvelles de diagnostic  |  Importance des techniques issues du génie génétique  |  Papillomavirus, Herpesvirus, Hantavirus… de nombreux agents infectieux détectés  |  ELISA et PCR, outils modernes de diagnostic  |  Les momies andines livrent leur secret  |  Un champ d'investigation particulièrement prometteur 

Papillomavirus, Herpesvirus, Hantavirus… de nombreux agents infectieux détectés

De nombreux virus ont pu être détectés, ces dernières années, grâce aux techniques modernes issues de la biologie moléculaire : les Papillomavirus, les Herpesvirus, etc. Ces techniques se sont avérées un outil important non seulement pour diagnostiquer rapidement un agent infectieux, mais également pour préciser la position taxonomique d’un virus. Ce fut le cas du virus Hantaan, agent responsable de la fièvre hémorragique de Corée, découvert en 1976. Ce virus avait été isolé à partir des organes d’un rongeur, qui était son réservoir. Il fut initialement classé parmi les Arénavirus, groupe important d’agents infectieux, tous associés à des rongeurs et responsables de fièvres hémorragiques : fièvre de Lassa, fièvre hémorragique d’Argentine, de Bolivie, du Brésil, etc.
La microscopie électronique montra qu’il s’agissait en fait d’un virus appartenant à la famille des Bunyaviridae. Cette famille comprend plus de 200 virus, qui sont tous transmis par des arthropodes. Il apparaissait de prime abord tout à fait surprenant que ce nouveau virus, associé de toute évidence aux rongeurs, puisse appartenir à cette famille. La biologie moléculaire fournit la réponse. Lorsque fut établie la séquence du virus Hantaan, il devint évident que ce virus était nouveau et qu’il définissait un nouveau genre (Hantavirus) dans la famille des Bunyaviridae. Par la suite, l’isolement de nombreux Hantavirus confirma l’exactitude de ce positionnement taxonomique.