IRD - Suds en ligne : les dossiers thématiques de l'IRD

Les risques volcaniques

Fascination ou crainte, les volcans suscitent des sentiments passionnés et contradictoires. Une centaine d'entre eux, véritables bombes à retardement, font l'objet d'une surveillance rapprochée.

Retour à l'accueil

L'homme apprend à dompter les virus

Depuis 1993, la communauté scientifique se mobilise  |  De graves lacunes dans le développement de vaccins  |  La surveillance épidémiologique en milieu tropical reste insuffisante  |  Le travail des scientifiques reste fondamental  |  Faire accepter de nouvelles espèces vaccinales

La surveillance épidémiologique en milieu tropical reste insuffisante

La faiblesse d’investigation sur le terrain est connue des experts des maladies exotiques, et notamment aux États-Unis où les virologues regrettent l’extraordinaire aventure de la fondation Rockefeller. Une enquête récente réalisée par le CDC dans les centres de référence OMS situés en zone tropicale a révélé la faiblesse de leur capacité de diagnostic : seuls quelques laboratoires sont capables de diagnostiquer une arbovirose majeure telle que la fièvre jaune, et pratiquement aucun n’est en mesure de réaliser le diagnostic de fièvre hémorragique. Il est absolument nécessaire de mettre en place des équipes internationales sur le terrain afin d’assurer une surveillance épidémiologique permanente en utilisant les outils de diagnostic modernes créés dans les centres de recherche des pays occidentaux. À quoi cela sert-il de posséder un diagnostic PCR pour la fièvre jaune et le virus Ebola, si ces tests ne sont pas appliqués en zone endémique ? De même, il est temps de développer un concept de vaccin orphelin, à l’instar des médicaments, afin de mobiliser des crédits et de faire évoluer les réglementations internationales pour favoriser le développement de tels vaccins, qui ne peuvent intéresser l’industrie pharmaceutique.