IRD - Suds en ligne : les dossiers thématiques de l'IRD

De la plante au médicament

L'exploration de la biodiversité passe par la valorisation des médecines traditionnelles et par des techniques de triage automatisé sélectionnant de nouvelles substances naturelles pour des applications médicales.

Abidjan

Capitale administrative et économique  |  Un port en eau profonde  |  Abidjan n'existait pas au début du XXe siècle  |  Une mutation urbaine tous les vingt ans  |  Un habitat sur cour majoritaire  |  La tentation du tout-Etat  |  Un habitat précaire éclaté  |  Du tout-Etat à la privatisation  |  Une stratification socio-spatiale très lisible

Une stratification socio-spatiale très lisible

Le paysage très typé de la ville coloniale s'estompe et se brouille. Mais les grandes catégories résidentielles restent relativement distinctes et lisibles.
Un relevé exécuté en 1989 par l'Atelier d'urbanisme d'Abidjan évalua à 20 % de la superficie habitée la place occupée par les villas ou pavillons des classes aisées ou relativement aisées, à 25 % la place des opérations groupées des sociétés immobilières (dont 4 % en immeubles collectifs), à 40 % la place de l'habitat sur cour (dont 4 % hors lotissement), à 13 % la place de l'habitat précaire (dont 3,5 % sous les cocoteraies côtières), enfin à 2 % seulement la place des immeubles d'appartements hors des opérations groupées. Les sites villageois sont ici inclus dans le concept d'habitat sur cour.
On distingue une prédominance ivoirienne et notamment sudiste dans les programmes d'habitat favorisant les fonctionnaires et les salariés, par exemple à Yopougon, tandis que les étrangers, parmi lesquels on trouve une majorité de commerçants et d'artisans, trouvent plus facilement à se loger sur l'axe nord (Adjamé-Abobo) ou sur le cordon littoral. Les sites côtiers, par exemple, offrent des conditions favorables à l'installation de petits groupement spécialisés, comme les fumeurs de poissons ghanéens. Quant aux non-africains, les Libanais se tiennent près des marchés, les Européens proches des industries, mais ils partagent aussi avec l'élite africaine les plus beaux quartiers.