IRD - Suds en ligne : les dossiers thématiques de l'IRD

De la plante au médicament

L'exploration de la biodiversité passe par la valorisation des médecines traditionnelles et par des techniques de triage automatisé sélectionnant de nouvelles substances naturelles pour des applications médicales.

Bamako

Le district de Bamako  |  Vers l'urbanisation complète du district  |  La moitié des emplois dans le secteur informel  |  Une fécondité élevée  |  Les deux rives du fleuve Niger  |  Un habitat évolutif  |  Un sentiment de gâchis urbain

Les deux rives du fleuve Niger

La croissance urbaine est très contrastée entre les deux rives du fleuve Niger : "La rive droite du Niger accueille près de 60 % des nouvelles populations gagnées par l'agglomération entre 1976 et 1983. Dans les deux dernières décennies, son croît démographique annuel est supérieur à 10 % alors qu'il plafonne entre 4 et 7 % dans les secteurs occidentaux et orientaux de la rive gauche". La rive droite représentait 21 % de la population agglomérée en 1975 et 34 % vingt ans plus tard. Elle en représentera sans doute 43 % à l'horizon 2010 (Troisième Projet Urbain du Mali, 1996). A ce contraste Nord/Sud s'ajoute une opposition entre les lotissements, de croissance plus modérée, et les extensions irrégulières qui ont absorbé la plus grande partie du croît démographique.
Par delà ces grandes oppositions, l'urbanisation présente de réelles constantes sous le régime colonial, puis sous les trois républiques maliennes depuis 1960. Le principe du lotissement (quartiers tramés) conduit à une forte consommation d'espace (densités à l'hectare modérées, coût des équipements important), à une faible verticalité du bâti, à l'auto-promotion immobilière. Les valorisations locatives se diffusent également : des zones anciennement urbanisées vers les nouvelles extensions (périphéries, rive méridionale), et des quartiers lotis vers les zones irrégulières. Le parc locatif est présent dans l'habitat de cour selon deux modalités : soit en location spéculative (dans ce cas, le propriétaire est absent de la cour), soit en location "d'appoint" (dans ce cas, le propriétaire occupe un des bâtiments de la cour).