IRD - Suds en ligne : les dossiers thématiques de l'IRD

De la plante au médicament

L'exploration de la biodiversité passe par la valorisation des médecines traditionnelles et par des techniques de triage automatisé sélectionnant de nouvelles substances naturelles pour des applications médicales.

Bogota

Premier centre industriel colombien  |  Plus de 6 millions d'habitants  |  Les principaux flux de migrants  |  Forte opposition Nord riche/Sud pauvre  |  L'auto-construction pour les plus démunis  |  De nouvelles pratiques urbaines plus rationnelles  |  La volonté de mieux gérer le foncier

Plus de six millions d'habitants

Alors qu'au début du siècle le rythme d'accroissement démographique de Bogota restait modéré (de l'ordre de 3 % par an), il s'accélère sensiblement à partir des années 1940. Seulement 12 ans sont alors nécessaires pour un doublement de la population de Bogota, qui atteint 3 millions d'habitants en 1973. Depuis lors, comme dans les autres grandes villes colombiennes, mais moins fortement que dans celles-ci, le rythme de croissance de Bogota se ralentit : son taux d'accroissement passe en dessous du seuil de 4 % au milieu des années 1970. Depuis une vingtaine d'années, Bogota est entrée dans une phase de croissance moins rapide, mais encore soutenue, qui intègre un nombre important de communes périphériques. Les années 1980 constituent un second tournant important dans l'histoire récente de la ville : le processus de métropolisation se poursuit, tandis que se jouent d'importantes recompositions internes de l'espace métropolitain. Fin 1993, Bogota (inclus la périphérie métropolitaine) rassemble plus de 6 millions d'habitants, et la croissance se maintient au même rythme que pendant la période intercensitaire précédente (supérieur à 3 %), encore supérieur à celui des autres grandes villes du pays.

Une proportion élevée d'adultes de 15 à 44 ans

Bogota présente globalement les plus faibles niveaux de fécondité et de mortalité du pays, même si ces moyennes masquent des différences majeures selon les classes sociales (en 1985 : 1,9 enfants par femme chez les "non pauvres", 3,6 pour les femmes classées "pauvres" et 4,3 pour celles "en situation de misère"). Les modalités de la transition renforcent l'effet d'une migration composée majoritairement de jeunes adultes sur la structure démographique de la capitale : la proportion d'adultes de 15 à 44 ans y est très élevée (54 % en 1993). Cette structure par âge maintient le taux d'accroissement naturel à un niveau élevé, de l'ordre de 2,1 % en 1980-1985. Comme pour les autres grandes villes colombiennes, la croissance naturelle de cette population jeune devient le moteur principal de la croissance de Bogota : tandis qu'en 1979 la migration expliquait 49 % de la croissance de Bogota, elle n'est plus responsable que de 22 % de celle-ci en 1990.

Contact auteurs : Luis Mauricio CuervoFrançoise DureauThierry LulleAdriana PariasPour en savoir plusLiens utilesBogota en images