IRD - Suds en ligne : les dossiers thématiques de l'IRD

De la plante au médicament

L'exploration de la biodiversité passe par la valorisation des médecines traditionnelles et par des techniques de triage automatisé sélectionnant de nouvelles substances naturelles pour des applications médicales.

Guatemala ciudad

Une agglomération métropolitaine éclatée  |  Deux recensements très approximatifs  |  L'accroissement des migrations  |  Un Nord montagneux dépeuplé, un bassin originel saturé  |  Migration des couches aisées vers le Sud  |  Un habitat populaire insuffisant  |  Une succession de régimes autoritaires  |  Opacité des procédures administratives

Une agglomération métropolitaine éclatée

La ville de Guatemala, capitale du pays, est administrativement un municipe comme les autres. La croissance démographique et l'expansion spatiale de la capitale entraînent la formation d'une agglomération métropolitaine (AMCG) pluri-communale, sans unité administrative ou fonctionnelle, regroupant actuellement onze municipes. La création d'un District métropolitain a fait l'objet récemment d'un projet de loi en cours de discussion. L'agglomération de Guatemala juxtapose donc des municipes de poids très inégal, sans aucune coordination institutionnelle ou informelle entre eux.
A ce schéma éclaté se surimposent des institutions plus récentes, plus ou moins actives mais étroitement dépendantes du pouvoir central et issues des tentatives de planification territoriale : les Conseils de développement rural et urbain.

Guatemala ciudad : 50 à 60 % du PIB national

En 1995, l'économie nationale est dominée par le secteur tertiaire qui représente 56 % du PIB national, alors que le secteur primaire représente 25 % et le secteur secondaire 19 % (source: Banco de Guatemala). On estime que Guatemala ciudad produit entre 50 et 60 % du PIB national. La capitale concentre en effet les deux tiers de la production manufacturière et 70 % de l'emploi dans ce même secteur. Elle monopolise une très forte proportion des investissements publics et privés (plus de 70 %). Elle concentre par ailleurs 77 % des diplômés de l'enseignement supérieur. Pour résumer, la capitale de Guatemala constitue un cas classique de macrocéphalie urbaine.
Les couches les plus riches du pays y vivent et côtoient une population urbaine touchée massivement par la pauvreté. Toutefois, le niveau de la pauvreté urbaine dans l'aire métropolitaine est nettement inférieur à celui de l'intérieur rural. Selon des estimations réalisées à la fin des années 1980, 63 % de la population de l'aire métropolitaine se situaient au-dessous du seuil de pauvreté tandis que 36 % étaient victimes de l'extrême pauvreté.