IRD - Suds en ligne : les dossiers thématiques de l'IRD

De la plante au médicament

L'exploration de la biodiversité passe par la valorisation des médecines traditionnelles et par des techniques de triage automatisé sélectionnant de nouvelles substances naturelles pour des applications médicales.

Hanoi

Des investissements étrangers grandissants et un renouveau des migrations  |  Des maisons individuelles construites sans permis  |  Pallier le manque de logements  |  Complexité et pesanteurs administratives  |  De nombreuses constructions illégales

Des investissements étrangers grandissants

Avant l'indépendance du pays, Hanoi était une ville typiquement coloniale, dominée par les fonctionnaires et autres actifs du tertiaire. Après 1954, le Gouvernement vietnamien mit l'accent sur le développement industriel mais pas dans les villes les plus importantes. Au cours des années 1950, 13 pôles de croissance furent choisis dans le Nord ViêtNam. Sept d'entre eux reposaient sur des minerais ou d'autres ressources naturelles disponibles à proximité, tandis que les six autres, y compris la ville de Hanoi, devaient devenir des centres de production industrielle diversifiés. Malgré le développement de certaines industries à Hanoi, la ville est restée dominée par ses activités administratives et, de façon croissante, par ses fonctions éducatives supérieures. Après 1986 et le lancement de la nouvelle politique économique (do moi), les investissements étrangers se sont accrus, mais surtout dans les secteurs du commerce, des services (hôtels) et dans les transports. Le développement industriel se manifeste toutefois essentiellement en bordure des districts urbains, et dans de nouveaux parcs industriels installés aussi bien dans les districts urbains que ruraux de la Province de Hanoi.

Un renouveau des migrations

Pendant la période précédent 1954, l'accroissement naturel était élevé mais a ensuite considérablement chuté. Pour la période 1954-1996, le taux d'accroissement naturel annuel était approximativement de 1,3 % pour la ville de Hanoi, chiffre fondé sur des taux de natalité d'environ 17 ‰ et de mortalité d'environ 4 ‰. Avant 1954, la croissance due à l'immigration était également élevée, alors qu'après cette date elle est devenue négligeable jusqu'en 1986, en raison d'une interdiction des migrations vers les villes. Après 1986, on assiste à un renouveau des migrations (la plupart illégales, c'est à dire non enregistrées).
Peu de recherches ont été effectuées sur l'immigration à Hanoi. Dans les quartiers de squats qu'elle a étudiés, Nathalie Harnois (1997) a montré que la plupart des immigrants provenaient de localités relativement proches, se situant dans un rayon de 20 à 150 km autour de Hanoi. La plupart d'entre-eux commencent par vivre avec des membres de leur famille déjà installés en ville avant de s'établir par leurs propres moyens (sous forme de squat). Outre un nombre croissant de sans-abri, d'immigrants vivant dans des dortoirs ou sur les chantiers de construction, on compte trois zones de squats dans Hanoi.