IRD - Suds en ligne : les dossiers thématiques de l'IRD

De la plante au médicament

L'exploration de la biodiversité passe par la valorisation des médecines traditionnelles et par des techniques de triage automatisé sélectionnant de nouvelles substances naturelles pour des applications médicales.

Kampala

Principale région bénéficiaire du "miracle ougandais"  |  80 % de la population en provenance du Centre et Sud du pays  |  Progression du bâti dans toutes les directions  |  Privatisation de l'immobilier  |  La politique d'urbanisme dominée par la Banque Mondiale  |  Retour à la croissance urbaine en dur

La politique d'urbanisme dominée par la Banque Mondiale

Depuis 1966, la politique urbaine est caractérisée par des velléités d'intervention, exprimées dans divers schémas directeurs mais jamais appliquées, et le laisser-faire de fait. A partir de 1990, la politique d'urbanisme est dominée par la Banque Mondiale et les bailleurs de fonds internationaux qui mettent en place des projets sectoriels de réhabilitation des réseaux et une politique urbaine de réhabilitation institutionnelle et de strict recouvrement des coûts. Le gouvernement rétrocède les biens des Indiens et se débarrasse de son parc immobilier en le privatisant, soit-disant au profit des occupants, dans les faits au profit de la classe moyenne et en particulier des fonctionnaires.
Dans les années 1950, la politique urbaine est marquée par la dichotomie entre les opérations publiques d'habitat populaire dans la partie orientale de la ville et des tentatives toujours malmenées pour étendre à la partie occidentale et privée, dirigée par la royauté baganda, les services urbains déjà mis en place dans la ville d'inspiration européenne, c'est-à-dire la ville publique.
Les années 1960 voient :

Les années 1970-1980 sont celles de la disparition de toute intervention publique cohérente. Les institutions chargées de la gestion urbaine (municipalité, régies diverses, etc.) sont dépourvues de moyens matériels, financiers et humains. Le laisser-faire domine.

Contact auteur : Bernard CalasPour en savoir plusLiens utiles