IRD - Suds en ligne : les dossiers thématiques de l'IRD

De la plante au médicament

L'exploration de la biodiversité passe par la valorisation des médecines traditionnelles et par des techniques de triage automatisé sélectionnant de nouvelles substances naturelles pour des applications médicales.

Moscou

Une explosion commerciale  |  Près de 9 millions d'habitants  |  Une population "flottante"  |  8 400 habitants au km2  |  Vers une nouvelle répartition ethnique  |  Prédominance de l'habitat collectif vertical  |  Un pouvoir municipal fort

Un pouvoir municipal fort

Dans le domaine du logement majoritaire, le laisser-faire s'exprime surtout par l'immobilisme en matière de réalisations, et par le retrait en matière de gestion. La population est conviée à se contenter du parc existant, vieillissant mais chauffé, et à se satisfaire d'en être devenue propriétaire. La privatisation ne concerne cependant que les appartements, laissant les parties communes dans un quasi-abandon. Les services publics d'entretien sont toujours en place, mais sont dépourvus de ressources. La notion de copropriété, et les outils gestionnaires qui lui sont attachés, n'ont pas encore pu prendre le relais.
L'idée d'un laisser-faire est contredite par la présence d'un pouvoir municipal fort, incarné par un maire ambitieux. Malgré quelques mesures bienveillantes en faveur des ménages, comme l'allègement des charges résidentielles ou la bonification des pensions de retraites, les priorités sont ailleurs. Il s'agit de réactualiser, après le choc de l'ouverture et du démembrement, la dimension internationale de la capitale russe. La revalorisation du centre historique est un volet de ce programme. Le projet d'une cité futuriste en est un autre. De gros efforts sont faits pour moderniser les grands axes de circulation, ainsi que pour relancer l'activité économique, la municipalité ne craignant pas de prendre part aux montages associant partenaires russes et étrangers, et à s'impliquer dans les secteurs stratégiques, au risque d'être soupçonnée d'intéressement maffieux. D'une façon générale, la politique municipale vise à se rendre maîtresse du terrain, souvent au prix d'une lutte âpre avec le pouvoir fédéral. La réforme administrative va aussi dans ce sens, laissant toute la fonctionnalité de la ville aux mains de la mairie centrale, les mairies de quartier ne gérant que l'espace résidentiel.
On ne peut pas dire que le pouvoir du maire de Moscou s'arrête aux frontières de l'espace municipal. Il participe, de droit, aux destinées de l'oblast de Moscou extra-muros. Les communes périphériques reprochent parfois à la ville capitale de se défausser sur elles de ses besoins d'espace. En même temps, elles se font concurrence pour attirer à elles les projets, privés ou publics, de lotissements pavillonnaires. Qu'il s'agisse de datchas ou de cottages, elles constituent un cadre alternatif pour une urbanisation alternative. En l'absence d'une instance proprement métropolitaine (l'oblast, plus vaste que la Suisse, ne saurait jouer ce rôle), l'immense glacis suburbain prend le caractère d'un espace de liberté ou de jungle, où des fiefs maffieux se font et se défont. On y échappe à la propiska, tout comme au centralisme sourcilleux de l'urbanisme moscovite.