IRD - Suds en ligne : les dossiers thématiques de l'IRD

De la plante au médicament

L'exploration de la biodiversité passe par la valorisation des médecines traditionnelles et par des techniques de triage automatisé sélectionnant de nouvelles substances naturelles pour des applications médicales.

Mumbai

La base économique la plus importante du pays  |  La plus grande agglomération urbaine indienne  |  Plus de 12 millions d'habitants  |  Un étroit promontoire dans la mer d'Oman  |  L'essentiel de la production de logement assurée par le secteur informel  |  La politique du "logement pour tous"  |  Les squatters toujours menacés d'éviction

L'essentiel de la production de logement assurée par le secteur informel

On estime à 60 000 le besoin annuel en logements nouveaux alors que 12 000 seulement furent construits au total en 1984 par les secteurs public, privé et non-gouvernemental. On doit aux promoteurs privés et aux sociétés coopératives 12 000 logements, essentiellement destinés aux classes moyennes et moyennes supérieures. Les logements destinés aux catégories de revenu inférieur ont été construits principalement par les agences publiques de logement soit sur des terrains disponibles.
Une estimation de 1983 (au cours du premier projet de la Banque Mondiale), réalisée par l'Agence de l'Etat, rend compte d'un déficit d'un million d'unités d'habitation légales selon des normes environnementales acceptables, destinées aux familles sans abri, à celles logées dans les immeubles insalubres du centre-ville, aux ménages multiples partageant le même logement, mais sans tenir compte des familles de squatters et de celles risquant d'être déplacées par l'application du Plan de Développement. La demande s'est accrue dans les années suivantes à cause de l'accroissement naturel de la population et des nouveaux migrants, et l'augmentation des besoins annuels en logements était énorme.
Les chawls sont des constructions bon marché de logements à pièce unique en location, situées dans la partie insulaire de la ville. Ils représentent 34 000 bâtiments dont 49 % ont été construits avant 1905 et le reste entre 1905 et 1940. A l'origine les chawls ont été construits par les industriels du textile pour y loger leurs employés et leurs familles, avec des équipements sanitaires et branchements en eau collectifs. L'application de la loi sur le contrôle des loyers et l'incapacité des propriétaires à entretenir les bâtiments, la suroccupation résidentielle des logements, le détournement de leur usage à des fins non résidentielles, ainsi que le climat de Mumbai, ont aggravé la condition de ce type d'habitat. En 1984, 22 % des constructions avaient une espérance de vie inférieure à cinq ans, ce qui s'est traduit par l'effondrement de certains immeubles et des pertes en vies humaines. En dépit de leur insalubrité, le programme de reconstruction de ces immeubles par le Gouvernement a augmenté leur caractère attractif et les perspectives de marché pour leurs occupants actuels. Ces locataires forment un groupe d'électeurs actifs revendiquant, outre une aide au logement, une reconstruction gratuite des immeubles et le droit de recourir à l'aide de promoteurs.
Le recensement des zones de squats de 1976 a dénombré 1 600 localités, représentant une population de près de 3,17 millions de personnes. Un peu plus de 50 % de l'habitat sous forme de huttes ou d'abris précaires se trouvaient sur des terrains privés en payant une sorte de loyer informel. Le reste se situait sur des terrains publics (appartenant au Gouvernement central, à l'Etat, à la municipalité, aux agences publiques) avec des droits d'occupation attribués seulement aux zones de squats établies avant une date butoir souvent reportée, en particulier avant les élections. La plupart de ces bidonvilles se situaient dans les faubourgs.
L'essentiel de la production de logement est assurée par le secteur informel et des extensions aux logements existants. Jusqu'à une date récente la production par le secteur public et les financements institutionnels ne représentaient pas plus de 15 % de l'accroissement du parc de logements.