IRD - Suds en ligne : les dossiers thématiques de l'IRD

De la plante au médicament

L'exploration de la biodiversité passe par la valorisation des médecines traditionnelles et par des techniques de triage automatisé sélectionnant de nouvelles substances naturelles pour des applications médicales.

Ouagadougou

Le PNB par habitant inférieur à 250 $  |  Les quartiers périphériques Est, Sud-Est de la ville investis  |  Un seul ménage par parcelle  |  "Casser les féodalités traditionnelles"  |  À peine plus de 1000 hectares lotis  |   Spectaculaire métamorphose de l'espace bâti

À peine plus de 1000 hectares lotis

Les résultats globaux des politiques urbaines pendant les deux premières décennies de l'indépendance sont dérisoires : à peine plus de 1 000 hectares lotis en vingt ans (soit 50 ha/an) cependant qu'en cinq ans d'activités (1973-1978), la Société immobilière publique (SOPROGIM) réalisait... 56 "logements économiques". C'est dans ce désert d'initiatives qu'intervint la mise en œuvre, grâce au financement du PNUD, du "programme Cissin", considéré en son temps (années 1970) comme un modèle en matière de restructuration de quartier pour les populations salariées à bas revenus.
La Réforme agro-foncière de 1984 prévoit la nationalisation des terres agricoles et du sol urbain regroupées dans le "Domaine Foncier National". La politique des loyers n'aura, quant à elle, qu'une existence éphémère, le plafonnement décidé en 1984, puis la déclaration de gratuité des loyers pour l'année 1985, n'ayant guère eu d'effets.
Ce qui tiendra lieu de nouveau schéma directeur sera le plan de lotissement de 60 000 parcelles de 300 à 400 m² réalisé en moins de cinq ans (1985-1988) sans recours aux financements extérieurs.
Lancé en 1983, le programme des "Cités du 4 Août", était destiné à relancer la production du logement social.
La volonté de rupture du pouvoir révolutionnaire est non moins évidente dans la restructuration des quartiers centraux dont le coup d'envoi fut la reconstruction du marché central fin 1985. On procéda, dans le même mouvement, à des déguerpissements en rafale afin de mettre les espaces centraux au service d'activités économiques modernes.
En gestation depuis 1986, le deuxième "projet de développement urbain" ne démarrera qu'en 1990. L'opération d'adressage entrait dans une opération plus large de mise en place d'un Système d'Information Urbaine (SIU) et constitua, à vrai dire, la grande affaire de ce second projet urbain avant tout soucieux de renforcer des recettes municipales. Un troisième projet urbain démarra en 1996. La composante "environnement" viendra s'ajouter à la composante "ressources locales" concernant plus particulièrement le recouvrement de la taxe de résidence.