IRD - Suds en ligne : les dossiers thématiques de l'IRD

De la plante au médicament

L'exploration de la biodiversité passe par la valorisation des médecines traditionnelles et par des techniques de triage automatisé sélectionnant de nouvelles substances naturelles pour des applications médicales.

Ouagadougou

Le PNB par habitant inférieur à 250 $  |  Les quartiers périphériques Est, Sud-Est de la ville investis  |  Un seul ménage par parcelle  |  "Casser les féodalités traditionnelles"  |  À peine plus de 1000 hectares lotis  |   Spectaculaire métamorphose de l'espace bâti

Spectaculaire métamorphose de l'espace bâti

Le "mitage" avancé de la ceinture verte atteste de l'impuissance des pouvoirs publics à orienter l'expansion urbaine. C'est finalement à travers des projets de prestige (comme "Ouaga 2000", lancé dans la seconde moitié des années 1990), mais aussi et surtout à travers les stratégies privées des promoteurs et des chefs de terre que s'opérera cette orientation.
On a assisté en moins de dix ans à une formidable entreprise de production volontariste d'un nouvel espace urbain, tant dans les quartiers centraux qu'en périphérie. Cette spectaculaire métamorphose de l'espace bâti ne s'est pas accompagné d'initiatives convaincantes en matière d'équipement, de services et de gestion urbaine.
Théoriquement éradiquée à la fin des années 1980, l'irrégularité foncière concernait de nouveau plus de 6 000 ha en 1996 et s'accompagna, à partir de cette date, d'une densification des "nouveaux quartiers". Débordée par la demande des nouveaux "lotisseurs", la Direction Générale de l'Urbanisme a freiné cette poussée tant qu'elle a pu sans jamais recevoir d'instructions politiques claires.
La révision de la "réforme agro-foncière" opérée en 1991 admettait les transactions mais ne tranchait ni la question de la propriété, ni celle de la sécurisation. Pas plus qu'au cours des années 1980, le droit ne parvint à organiser la réalité et les propriétaires fonciers revinrent en force sur un marché où régnait l'arbitraire le plus complet et la spéculation la plus effrénée.
Le non-loti qui progresse depuis le début des années 1990 est un symptôme parmi d'autres d'une aggravation brutale des inégalités. La ségrégation sociale et spatiale fait désormais partie du paysage ouagalais.