IRD - Suds en ligne : les dossiers thématiques de l'IRD

De la plante au médicament

L'exploration de la biodiversité passe par la valorisation des médecines traditionnelles et par des techniques de triage automatisé sélectionnant de nouvelles substances naturelles pour des applications médicales.

Santiago du Chili

100 habitants  à l'hectare  |  70 % des logements occupés par des propriétaires  |  À l'arrivée des militaires, changement radical de politique urbaine  |  Une ville très polluée  |  Pouvoirs publics et quartiers illégaux

Une ville très polluée

Approuvé en 1993 le Plan Regulador Metropolitano para Santiago doit permettre à l'agglomération-capitale, à l'horizon de l'année 2020, d'absorber une population supplémentaire pouvant aller jusqu'à 4 millions d'habitants, tout en limitant la superficie urbanisée à environ 60 000 ha.
Ce nouveau plan laisse transparaître une volonté claire de changer le modèle de développement qui a prévalu dans la capitale depuis des décennies. Les problèmes liés à la croissance sur le mode résolument extensif de la ville sont en effet très nombreux et aigus. Santiago est une ville polluée et l'expansion urbaine démesurée n'y est pas étrangère. L'automobile est le meilleur moyen de parcourir les grands distances intra-urbaines et le parc de véhicules ne cesse d'augmenter, engendrant une pollution atmosphérique toujours plus importante qui atteint des pics alarmants durant les mois d'hiver, en raison de son accentuation par un effet d'inversion thermique. Les mesures de restrictions à la circulation sont pourtant anciennes (20 % des véhicules sont immobilisés chaque jour) et l'action des gouvernements plutôt remarquable, depuis 1990, avec la mise en place de normes anti-pollution très strictes, la limitation et la régulation de la circulation des autobus dans le centre-ville, mais aussi la création d'une troisième ligne de métro en direction du sud de l'agglomération, très peuplé.
Néanmoins, si la volonté de changer le cours des choses est là, la question des moyens reste entière. Le problème de la gestion de l'agglomération dans son ensemble, divisée en plus d'une trentaine de municipalités très inégalement dotées de moyens et de capacité d'action, est sans doute un des plus grands chantiers qui s'offrent aujourd'hui à la capitale du Chili.