IRD - Suds en ligne : les dossiers thématiques de l'IRD

De la plante au médicament

L'exploration de la biodiversité passe par la valorisation des médecines traditionnelles et par des techniques de triage automatisé sélectionnant de nouvelles substances naturelles pour des applications médicales.

Strasbourg

Deuxième port fluvial de France  |  Une croissance de population continue  |  Un phénomène de desserrement de la population et de l'urbanisation  |  Un patrimoine important et varié  |  Le volontarisme des élus  |  Des relais efficaces

Des relais efficaces

Concrètement, les pouvoirs publics ont constitué toute une constellation d'organismes spécialisés capables de prendre en charge la maîtrise d'œuvre des projets afin de soutenir leurs politiques urbaines. Des organismes aménageurs ont ainsi été créés sous contrôle total ou partiel des pouvoirs publics, organismes qui sont capables de prendre le relais des administrations pour réaliser toute opération. D'un point de vue réglementaire, l'expansion urbaine est formalisée dans le Schéma directeur de l'agglomération de Strasbourg (en phase de révision) ainsi que dans les POS (Plan d'Occupation du Sol) des communes composant l'agglomération et ses alentours. La production de l'espace urbain est ensuite suivie par les services municipaux (police du bâtiment) qui délivrent les permis de construire, ainsi que les autorisations de modification des bâtis existants. Enfin l'espace déjà urbanisé est aussi géré par des outils réglementaires : les destructions ou les modifications substantielles de bâtiments se font sur autorisation, et les interventions d'ensemble (réhabilitation, restauration, rénovation) suivent des procédures précises. D'un point de vue opérationnel, des organismes satellites - aménageurs, constructeurs ou logeurs - créés par les pouvoirs publics, peuvent intervenir le cas échéant et réaliser les projets décidés par les élus.
Les modes d'interventions, et les procédures utilisées ont été variés. Certains projets particulièrement délicats (rénovations avec expropriations, extensions contestées) ont été pratiquement entièrement portés par les pouvoirs publics, qui utilisaient alors à bon escient la gamme des organismes satellites opérationnels constitués préalablement. D'autres opérations, plus ordinaires, ont été confiées, parfois intégralement, au privé. Mais que les maîtres d'œuvre fussent privés ou publics, la plupart des procédures existantes ont été utilisées pour parvenir à remplir les objectifs définis. On constate donc que le volontarisme des élus les a toujours conduit à privilégier avec pragmatisme le mode d'intervention le plus efficace et le plus économique, en fonction de l'importance politique de l'objectif et de sa rentabilité (et donc de sa capacité à susciter également une mobilisation du privé).