IRD - Suds en ligne : les dossiers thématiques de l'IRD

Les sols, des milieux vivants très fragiles

Transition nutritionnelle en Europe

8 grands secteurs d'activité interrogés  |  Liens entre publicité, comportements
alimentaires et obésité
  |  Les contrôles actuels  |  Les futurs contrôles  |  La responsabilité du respect de la réglementation  |  La restriction de la publicité à la télévision  |  La culture alimentaire française et la publicité

Les futurs contrôles
• Les interviewés, à l'exception des industries agroalimentaires, sont favorables à des dispositions législatives pour les techniques de marketing utilisées actuellement. Les représentants des industries agroalimentaires et des entreprises publicitaires considèrent que l'autorégulation est plus efficace. Des mesures législatives devraient être envisagées.

• Plusieurs répondants sont pessimistes quant à l'évolution du contrôle du marketing, notamment en raison de la crise économique; ou manifestent des doutes face à l'échec des tentatives d'interdiction de la publicité jusqu'à présent, malgré la mobilisation de nombreuses parties prenantes. Un nouvel élan est nécessaire pour rassembler les parties prenantes, et surmonter ce pessimisme.

• Les medias, les annonceurs et les industries agroalimentaires sont perçus comme ayant une forte influence sur les politiques publiques relatives au contrôle de la publicité. Le ministère de la Santé, les associations de consommateurs et les médecins de santé publique sont vus comme ceux à qui l’on peut faire le plus confiance. Le Ministère de la Santé est bien placé pour coordonner les mesures qui concernent la publicité, du fait de son influence et de la confiance dont il bénéficie de la part du public.

• A l'exception de trois interviewés représentants les industries agroalimentaires et les entreprises publicitaires, tous les autres participants sont d'accord pour dire que des restrictions devraient être appliquées à certains types de produits alimentaires (à haute densité énergétique et à faible densité nutritionnelle). Les producteurs d'aliments et les publicitaires sont opposés à toute discrimination entre aliments, préférant une approche plus holistique. Un profil nutritionnel pourrait être envisagé pour évaluer quels aliments devraient être ciblés.