IRD - Suds en ligne : les dossiers thématiques de l'IRD

Les sols, des milieux vivants très fragiles

Transition nutritionnelle au Maghreb

Le programme Tahina

Grand Tunis : impact de la grande distribution sur les habitants

Un phénomène récent mais néanmoins rapide est celui de la montée en puissance des supermarchés dans le monde en développement. Jusqu'à présent, de nombreux travaux s’étaient focalisés sur les effets en amont du développement de la grande distribution, mais très peu, en revanche, sur l’impact qu’elle peut avoir sur les consommateurs. Jusqu'à récemment, une seule étude a cherché à identifier les effets de la diffusion des supermarchés sur les consommateurs en Afrique. A ce stade, on connaissait donc peu le développement de la grande distribution et son retentissement sur le comportement d’achats et de consommation alimentaires dans les pays du Sud. Par ailleurs, l’offre des supermarchés et la publicité sont suspectés de faciliter la diffusion de certains aliments industriels tels les sodas, les produits de confiserie ou encore les snacks, dont la consommation excessive peut représenter un risque majeur pour la santé. Cependant, il n’existait pas d’évidences systématiques dans la littérature.

140 grandes surfaces dont 2 hypermarchés
Les objectifs de ce projet étaient, d’une part, de quantifier la fréquentation de la grande distribution et d’étudier les facteurs associés, d’identifier les profils socio-économiques des consommateurs, et de connaître leurs perceptions et les facteurs qui les déterminent ; et, d’autre part, d’étudier quels étaient les effets de la grande distribution sur la qualité de l’alimentation.
Cette étude a été réalisée en Tunisie, qui figure parmi les pays récemment touchés par la modernisation et la montée rapide des grandes surfaces. La zone d’étude était la partie du pays la plus développée et la plus urbanisée, à savoir le Grand Tunis où les grandes surfaces sont majoritairement implantées ; on en compte actuellement 140 dont deux hypermarchés.

724 ménages interrogés entre 25 et 70 ans
La population cible était les 25-70 ans habitant le Grand Tunis. Les 724 sujets interrogés ont été sélectionnés par une méthode d’échantillonnage aléatoire en grappes à 3 niveaux. Les habitudes d’approvisionnement ont été étudiées à partir d’un questionnaire quantitatif spécifiquement développé, à partir d’entretiens qualitatifs menés en face-à-face ou avec des groupes focalisés. Les données socio-économiques ont été collectées au niveau individuel et du ménage. La qualité alimentaire à été mesurée avec un indice composite orienté vers le risque de maladies chroniques : le DQII (Diet Quality Index-International) développé à partir d’un questionnaire de fréquence alimentaire spécifique à la Tunisie. Une double analyse a été effectuée par l’étude de la fréquentation de la grande distribution et par l’étude de la relation entre qualité de l’alimentation et fréquentation de la grande distribution, ajustée sur les facteurs socio-économiques.

60% fréquentent la grande distribution
Au total, 60% des ménages fréquentent la grande distribution (mais seulement 4,5% de façon exclusive). La moitié (51%) fréquente les supermarchés et un peu plus d’un quart (27%) les hypermarchés. La grande distribution attire plutôt les petits ménages, les urbains, les gens plus éduqués, ceux ayant un revenu fixe ou élevé, ceux ayant un accès facile ou encore possédant une carte de crédit. Des associations similaires mais plus fortes ont été trouvées chez ceux qui fréquentent la grande distribution en premier lieu (20% des sujets). Ce sont d’ailleurs ces mêmes consommateurs qui bénéficient d’une légère amélioration de la qualité de leur alimentation. Mais l’approvisionnement s’effectue toujours largement auprès des épiciers de quartier (94%) malgré un choix et un rapport qualité- prix jugé inférieur. Les grandes surfaces sont associées à ‘prix intéressants’ et ‘choix’, ainsi qu’à ‘loisir’ pour les hypermarchés. Les motivations aussi diffèrent suivant les caractéristiques socio-économiques (e.g. ‘crédit’ est quatre fois plus cité parmi les ménages les plus pauvres vs. les plus riches).
Ces résultats montrent que malgré la présence ancienne des supermarchés à Tunis, la grande distribution n’est pas encore généralisée à toute la population. On ne peut donc pas encore conclure que ses transformations modifient la consommation alimentaire des habitants du Grand Tunis. Cependant, parmi ceux qui la fréquentent régulièrement, on peut constater une légère amélioration de la qualité alimentaire.
Dans le contexte de la transition nutritionnelle, ces résultats originaux sont d’intérêt pour d’éventuelles interventions nutritionnelles impliquant les circuits de distribution alimentaire.

Sophie Tessier
Lauréate du « Prix de Recherche Société Française de Nutrition 2005 »

épicerie
questionnaire
supermarché à Tunis