IRD - Suds en ligne : les dossiers thématiques de l'IRD

De la plante au médicament

L'exploration de la biodiversité passe par la valorisation des médecines traditionnelles et par des techniques de triage automatisé sélectionnant de nouvelles substances naturelles pour des applications médicales.

De la plante au médicament :
Une passerelle entre tradition et science

Une passerelle entre tradition et science  |  Plantes médicinales et médicaments
Criblage de la biodiversité

Plantes médicinales et médicaments

Dans la recherche pharmaceutique moderne, l’homme n’est le cobaye final de ces médicaments qu’après de très nombreuses étapes de validation pharmacologiques et surtout toxicologiques aboutissant aux essais cliniques.
Dans le cas des plantes médicinales qui traitent des affections bénignes, ces étapes peuvent êtres raccourcies (législation européenne sur le médicament de phytothérapie).
L’inventaire ethnobotanique nécessite la collaboration étroite entre plusieurs disciplines. Cela doit être un modèle de dialogue transdisciplinaire entre les tradipraticiens, l’ethnologue, l’ethnopharmacologue et le médecin.
Les inventaires des plantes médicinales des Guyanes (Guyane française, Surinam), de Bolivie, du Paraguay ou du Pacifique illustrent ces démarches intégratives.
Les travaux expérimentaux en chimie et en pharmacologie sur ces plantes médicinales peuvent aboutir à des validations d’usage comme dans l’exemple de Pogonopus tubulosus, plante antipaludique de Bolivie ou des propositions de nouvelles structures bio-actives comme dans le cas de Galipea longiflora, plante antileishmanienne des indiens Chimanes de Bolivie.
Elle peut également être l’occasion de propositions d’intervention en santé publique lorsque l’usage d’une plante très consommée, comme peut l’être la coca (Erythroxylum spp, Erythroxylaceae) dans les Andes ou le kava (Piper myristhicum, Piperaceae) en Mélanésie, a des répercussions sociales fortes.
La connaissance de l’usage traditionnel de plantes médicinales contre une intoxication peut être également l’occasion d’une campagne de diffusion d’informations sanitaires dans le cas de l’intoxication par la chair de poisson qui concentre une toxine, la ciguatératoxine (Nouvelle-Calédonie).
Dans de nombreuses sociétés, les plantes médicinales ont un rôle de soins préventifs, d’entretien du corps voire d’embellissement. Ces usages peuvent faire l’objet de valorisations industrielles (plantes cosmétiques de Nouvelle-Calédonie). Les usages traditionnels des plantes ne sont pas seulement médicinaux. Elles peuvent servir de colorants (colorants en Guyane), d’insecticides pour les cultures. Les valorisations de ces connaissances doivent êtres proposées dans le respect de la propriété intellectuelle des détenteurs de l’information première (applications de la Convention sur la Diversité Biologique : réglementations et éthiques en Nouvelle-Calédonie et en Bolivie).