IRD - Suds en ligne : les dossiers thématiques de l'IRD

De la plante au médicament

L'exploration de la biodiversité passe par la valorisation des médecines traditionnelles et par des techniques de triage automatisé sélectionnant de nouvelles substances naturelles pour des applications médicales.

 

De la plante au médicament > Réglementation de l'accès à la biodiversité

Réglementation de l'accès à la biodiversité : les enjeux de la Convention sur la diversité biologique

La Convention sur la diversité biologique  |  Divers acteurs font entendre leur voix  |  La dénonciation de la biopiraterie  |  Un partage des bénéfices tirés de la biodiversité  |  Vers un nécessaire rattrapage économique des pays du Sud  |  À qui appartient la biodiversité ?  |  La route est longue vers le partage des avantages  |  Une demande incertaine  |  La question des droits de propriété intellectuelle au centre du débat  |  Une ressource mal définie  |  Explorer d’autres possibilités

À qui appartient la biodiversité ?

La Convention sur la diversité biologique a choisi d'abandonner la notion de patrimoine mondial de l'humanité pour reconnaître la souveraineté des États sur leurs ressources. Chaque État est donc propriétaire de ses ressources et maître de sa propre politique. Cependant, la Convention ne prévoit pas pour autant un financement de type obligatoire conséquent qui aurait permis aux États d'assurer cette responsabilité. La protection de la biodiversité peut alors être vécue par les pays du Sud comme une servitude sans contrepartie, comme une contrainte à leur développement. Sans contribution financière, sans reconnaissance de la dette écologique, les États riches en biodiversité font valoir que la protection de la biodiversité répond davantage aux préoccupations des pays industrialisés qu'à un besoin de l'humanité dans son ensemble. De là vont naître de nombreuses frustrations que l’on retrouvera dans les négociations d’après Rio.