IRD - Suds en ligne : les dossiers thématiques de l'IRD

Les sols, des milieux vivants très fragiles

Faire connaître les sols

Les recherches de l'IRD et de ses partenaires

Afrique du Sud : une école d'été
pour mieux comprendre les sols

Le bassin versant expérimental de Potshini  |  Les enjeux de la formation  |  Le sol : une ressource non renouvelable

Le sol : une ressource non renouvelable
La dégradation des terres, c’est-à-dire la perte de la ressource en sol et de productivité des sols de toutes sortes, touche jusqu’à un milliard de personnes dans le monde. Cette dégradation est le résultat d’un ensemble de facteurs, dont la sécheresse et les pratiques d’agriculture et d’aménagement forestier non durables. Elle peut mener à la rareté de la nourriture, la pénurie d’eau, la perte de revenus, des conflits portant sur l’utilisation des ressources et la dégradation de l’environnement.

L’Afrique est souvent la plus durement touchée par ce phénomène. Ceci est particulièrement vrai dans les zones semi-arides comme les zones pentues situées au nord de la province de KwaZulu Natal en Afrique du Sud où la combinaison entre un climat agressif et des pratiques culturales (principalement le surpâturage) induisent une dégradation forte des terres.
Dans cette région comme dans beaucoup de régions du monde, il existe un lien étroit entre la pauvreté et la dégradation des terres. Celle-ci touche en grande majorité les pauvres en milieu rural, puisque la terre est essentielle à leur survie. Les pauvres en milieu rural doivent souvent se faire concurrence entre eux pour des ressources naturelles en diminution. Les sols s’épuisent de plus en plus, ce qui perpétue le cycle de la pauvreté.

 

Dégradation des terres en Afrique du Sud