IRD - Suds en ligne : les dossiers thématiques de l'IRD

Les sols, des milieux vivants très fragiles

Les fonctions du sol

Les recherches de l'IRD et de ses partenaires

Diversité des micro-organismes du sol

Une mosaïque de micro-habitats
Une des origines supposées de cette diversité provient de la nature profondément hétérogène du sol qui pourrait s’apparenter à une mosaïque de différents micro-habitats (agrégats et pores de tailles différentes) dont les conditions environnementales sont variées. Dans certains de ces habitats (ex : micropores), les microorganismes seraient relativement isolés et préservés de la compétition, de la prédation et de la dessication. 
En règle générale, le sol représente un milieu difficile où les nutriments sont rares ou peu accessibles. C’est pourquoi les microorganismes sont la plupart du temps dormants ou très peu actifs dans ce milieu. Grâce à des mécanismes de résistance sophistiqués, qui leur permettent d’attendre des conditions plus favorables pour croître, certaines bactéries peuvent être actives une fois tous les 10 ans !  Immobiles, minuscules, ayant besoin d’eau, les microorganismes sont donc tributaires d’autres composants du sol comme les racines des plantes, les litières ou la faune du sol, pour être réactivés. C’est pourquoi l’étude de la diversité des microorganismes et de leurs rôles dans le fonctionnement du sol doit être étudié en tenant compte des interactions qu’ils développent avec les autres acteurs du sol comme les racines des plantes (la rhizosphère), la litière (la résidusphère) et la faune du sol. Ces interactions constituent l’objectif de l’écologie microbienne des sols.