IRD - Suds en ligne : les dossiers thématiques de l'IRD

Les sols, des milieux vivants très fragiles

Les sols sont fragiles

Les recherches de l'IRD et de ses partenaires

La dégradation des sols par salinisation ou alcalisation

La dégradation des sols par salinisation  |  Gestion et réhabilitation des sols salés  |  La dégradation des sols par alcalinisation  |  Le processus d’alcalinisation  |  Les problèmes rencontrés dans les sols alcalins 
Gestion et réhabilitation des sols alcalins  |  Réhabilitation biologique des sols alcalins, un exemple au Niger

Gestion et réhabilitation des sols alcalins
Le traitement pour la réhabilitation des sols alcalins ou sols sodiques est différent de celui des sols salés, car bien souvent ces sols ne sont pas salés mais présentent une forte proportion de sodium sur le complexe d'échange. On peut agir principalement à deux niveaux, d'une part sur les cations échangeables, d'autre part sur le pH. Parmi les différents modes de réhabilitation, il existe des méthodes chimiques parfois violentes, et des méthodes biologiques, particulièrement adaptées à certains pays pauvres. Il faut garder en mémoire que le seul vecteur de l’amélioration est l’eau, et que l’eau ne circule pas dans ces sols. Par exemple, au cours d’une expérimentation au Niger, le front d’humectation des sols a atteint 70 cm de profondeur après 7 mois de submersion ! C’est pour cette raison que les sols alcalins ont été considérés pendant longtemps comme irrécupérables dans les conditions économiques des pays pauvres.

Réhabilitation chimique
Parmi les apports pour le rééquilibrage du complexe d’échange, il y a :

Ce sont là les apports les plus courants auxquels il faut ajouter parfois le polysulfure de calcium (Ca18S5O2, 14H2O) les sulfates de fer et d'aluminium (FeSO4 ou Al(SO4)3)...
L'apport de matière organique est un plus car elle augmente les taux de CO2 dans le sol, permettant la dissolution d'un peu de calcite.