IRD - Suds en ligne : les dossiers thématiques de l'IRD

Les sols, des milieux vivants très fragiles

Les sols sont fragiles

Les recherches de l'IRD et de ses partenaires

Salinisation et sodisation des sols

Salinité et sodicité des terres marginales  |  Salinité et déforestation, l’exemple de la Thaïlande  |  Salinité et sodicité des terres irriguées 

Salinité et déforestation, l’exemple de la Thaïlande
Selon la FAO, les pertes mondiales de superficies boisées entre 2000 et 2005 se sont élevées à 73 000 km2 par an. Une conséquence peu connue de ce changement brutal d’usage des terres est l’augmentation de l’infiltration de l’eau dans les sols des versants causée par la diminution de l’évapotranspiration que produit le remplacement des arbres par des plantes saisonnières. Cette perturbation du cycle hydrologique peut conduire à une augmentation des niveaux d’eaux salées dans les plaines, et à la salinisation de vastes surfaces de sol : c’est notamment le cas du continent australien où plus de 20 000 km2 de terres se sont brutalement salinisées et où il est prévu que cette surface double d’ici 25 ans.
Depuis 2001, L’IRD et ses partenaires s’attachent à étudier le cas particulier du Nord Est de la Thaïlande où une déforestation similaire s’est produite dans les années soixante, pendant l’introduction massive des cultures de rentes. La salinité s’est étendue dans les plaines et affecte plus de 11 000 km2 de cultures traditionnelles de riz collant destinées à l’autoconsommation ce qui fragilise les communautés villageoises. Contrairement à ce qui se produit en Australie et dans d’autres parties du monde, la salinisation n’intervient pas pendant la saison sèche mais pendant la saison des pluies à la faveur d’une « poussée » des eaux souterraines salées qui envahissent les sols des casiers de riz inondés. Dans ce contexte, la maintenance d’une tranche d’eau douce supérieure à 10 cm dans le casier est susceptible de protéger de la remontée saline. Avec ces constatations, la maintenance et la gestion du réseau de diguettes deviennent un élément central de prévention et de lutte contre l’extension des zones affectées.
L’apport de matières organiques sur les taches salines est une méthode traditionnelle de  réhabilitation des parcelles affectées par la salinité. Si, aux dires des exploitants, la méthode est efficace sur le long terme, les processus sont très peu documentés scientifiquement. L’étude au champ sous conditions paysannes montre que le contrôle du pH du sol est l’un des premiers effets bénéfiques accompagnés d’incidences importantes sur la formation du sol et la stabilité des argiles. De même, de manière surprenante, l’emploi de cette méthode à peu d’effet sur les taux d’émission de méthane.
Depuis quelques années, l’implantation des cultures d’hévéa dans le Nord-Est de la Thaïlande est favorisée par les prix élevés du latex. Le retour à une couverture arborée des versants, s’il était généralisé, rendrait théoriquement possible un retour du cycle hydrologique aux conditions initiales ce qui motive l’étude actuelle centrée sur l’impact de l’implantation des cultures d’hévéa.

Cristaux de sel formés dans les rizières thaïlandaises
rizières du Nord-Est de la Thaïlande