IRD - Suds en ligne : les dossiers thématiques de l'IRD

Les risques volcaniques

Fascination ou crainte, les volcans suscitent des sentiments passionnés et contradictoires. Une centaine d'entre eux, véritables bombes à retardement, font l'objet d'une surveillance rapprochée.

Retour à l'accueil

Les grands cônes volcaniques du Chili

Llaima et Villarrica, deux volcans très actifs  |  Quinze à vingt kilomètres cube
de cendres  |  Microscopie électronique à balayage et autres méthodes fines d'analyse

Quinze à vingt km3 de cendres

Au Llaima, on recherche quelle est (sont) la (les) cause(s) de l’émission de l’ignimbrite Curacautin, la plus grande formation de ce type connue à ce jour (15 à 20 km3 de cendres et scories basiques), où se situe l’origine des produits, quelle est la géométrie et la profondeur des relais qui permettent l’émission brutale d’une telle quantité de produits. On perçoit dès lors tout l'intérêt d’estimer les conditions thermodynamiques, les relations existant entre les cycles éruptifs définis par l'étude des dépôts et l'évolution pétrochimique des réservoirs, les temps de résidence des magmas dans ces réservoirs, les quantités de soufre et d’autres éléments volatils impliquées, etc. Enfin, quelles sont les structures volcaniques qui résultent de telles éruptions.

Contact auteur : Claude RobinLiens utiles