IRD - Suds en ligne : les dossiers thématiques de l'IRD

Les risques volcaniques

Fascination ou crainte, les volcans suscitent des sentiments passionnés et contradictoires. Une centaine d'entre eux, véritables bombes à retardement, font l'objet d'une surveillance rapprochée.

Retour à l'accueil

Les grands cônes volcaniques du Chili

Llaima et Villarrica, deux volcans très actifs  |  Quinze à vingt kilomètres cube
de cendres
  |  Microscopie électronique à balayage et autres méthodes fines d'analyse

Microscopie électronique à balayage et autres méthodes fines d’analyse

Elles doivent permettre la caractérisation précise du type de dépôts par la mesure sur le terrain de paramètres (géométrie des produits, répartition des faciès, épaisseurs en fonction de la distance à l’évent, volumes, relations stratigraphiques avec les autres produits...) et par des analyses diverses en laboratoire : granulométrie et comptages lithologiques par exemple (distribution de chaque fraction. indices de tri...), voire par la définition des faciès par l’observation des morphologies des fractions les plus fines à l’aide d’un Microscope Electronique à Balayage (MEB) par exemple, des critères reliant les morphologies aux phénomènes de fragmentation permettent d’estimer les modalités de cette fragmentation : magmatique (par expansion des bulles de gaz disssous) ou plus ou moins phréato-magmatique (fragilisation et rupture des clastes par refoidissement rapide ou trempe et expansion de la vapeur d’eau).
Les interactions eau-magma peuvent expliquer de forts degrés d’explosivité bien que le magma soit basique. En effet, le dynamisme phréato-magmatique est l’un des plus explosif en raison des caractéristiques thermodynamiques très spécifiques de l’eau ainsi qu’à sa capacité à transformer l’énergie thermique en énergie cinétique. Ses spécificités sont liées à un phénomène physique encore mal compris, le « Molten Fuel Coolant Interaction ». Ce processus augmente la surface de contact entre le magma et l’eau et en conséquence le taux de transfert de chaleur est multiplié par un facteur d’environ 3. L’eau est alors vaporisée entraînant une explosion. Dès lors, le magma ne peut plus accommoder la déformation de manière liquide et le matériel est fragmenté comme un solide.

Contact auteur : Claude RobinLiens utiles